Dernières chroniques


Couverture du livre : Forget Tomorrow, Tome 2 : Remember Yesterdayhttps://unefilledanslesetoiles.blogspot.fr/2017/09/mini-chronique-outliers-1-les-anomalies.htmlCouverture du livre : Anna et l'homme-hirondelleCouverture du livre : Lovely Vicious, Tome 1 : Je te hais... passionnémentCouverture du livre : Never Never, Tome 1

mercredi 15 novembre 2017

[Mini chronique] Le pacte des cœurs brisés - Sarah Ockler




Le pacte des cœurs brisésde Sarah Ockler,
traduit de l'américain par Frédérique Fraisse
et paru aux éditions La Martinière Jeunesse
le 4 septembre 2014 au prix de 14,90 € 
Ma note livraddict: 15/20



QUATRIÈME DE COUVERTURE

Jude et ses trois sœurs avaient un pacte : aucune d'elles ne devait plus fréquenter un frère Vargas. Pourtant, quand Emilio, le plus jeune, s'avère être seul capable d'aider le père de Jude, atteint d'un Alzheimer, à réaliser son dernier rêve en réparant sa vieille moto, celle-ci rompt sa promesse. Emilio est-il, comme ses frères, un briseur de cœur ?
En tout cas, Jude est sous le charme.
Et, alors que la mémoire de son père fond progressivement dans l'oubli, la sienne se remplit d'émotions et d'expériences qu'elle n'est pas prête d'oublier.


MON AVIS
En commençant cette lecture, je m'attendais à une romance très jeunesse... il faut bien dire qu'elle en a tout l'air. Ça a été une agréable surprise de me rendre compte que je m'étais leurrée !
Alors, encore un grand merci à la belle Ilona du blog The Bold Girl pour ce beau cadeau !
La première chose que je tiens à aborder, c'est le sujet difficile et affreux de la maladie d'Alzheimer. Une maladie qui n'atteint pas seulement le patient, mais tout son entourage. L'auteure la traite avec justesse et douceur. Les scènes de crise du père de Jude sont décrites avec un réalisme tel qu'on en a les larmes aux yeux. Durant tout le roman, on vit avec Jude ces moment affreux, ces petits bouts qui sont enlevés à Papito pendant quelques minutes horribles.

Un papito abordé avec profondeur, qui lutte chaque jour pour garder ses souvenirs, et de par sa maladie, on ne peut que s'attacher au personnage. Il en va de même pour sa fille. On la découvre forte, touchante et maladroite. Même si elle est parfois désemparée par les crises de son père, elle y fait face avec beaucoup de courage.
J'ai été assez conquise par le protagoniste d'Emilio, jeune homme plein d'humour qui sait parfaitement jouer de son charme et des mots pour déstabiliser.

Pas de surprise quand je vous le dis, l'histoire se concentre sur la relation entre Jude et ce dernier, et j'ai été conquise par la romance toute mignonne qui s'installe entre ces deux protagonistes bien accordés.
J'ai également apprécié la grande présence du monde des bolides à deux roues dans cette histoire. Emilio vient chez Jude pour aider Papito à retaper sa vieille moto, donc nous suivons toute sa remise en état.
Comme dit précédemment, l'auteure maîtrise son sujet, avec une certaine délicatesse, tout comme les sentiments de ces personnages : on passe un peu par toutes les émotions grâce aux sentiments de Jude qui sont parfaitement décrits.
L'auteure termine son histoire sur une jolie note qui m'a donnée le sourire.

Bien plus qu'une simple romance, c'est une histoire émouvante, belle, juste et plus mature qu'elle ne le laisse présager.



EXTRAITS
Selon la loi des probabilités, une fille précédée de trois soeurs hérite d'au moins un joli short en jean à sa taille. On est d'accord ? Niet ! Mauvaise réponse.
Si les vêtements pouvaient parler, celui-ci dirait : Salut ! Nous sommes les vieilles fringues d'Araceli. Et je répondrais : Mission accomplie ! Aucun autre short ne comprime mieux les organes féminins que toi. Félicitations !
En réalité, ce short remontait tellement là où je pense que l'on entendrait plutôt : umpf pmph heurm pfum.
Hein ?
Précisément.
Je coupai le contact et souris à Papito à côté de moi.
- Prêt ?
Il ne me répondit pas mais plissa les yeux tandis que je me mettais un peu de gloss sur les lèvres devant le rétroviseur.
- Ça te vieillit, mi querida.
- Me dit celui qui passe ses chaussettes au microondes.
- Elles étaient froides, répliqua-t-il en haussant les épaules.
Comme si c'était moi la plus cinglée des deux...
- Une chance que tu n'aies pas déclenché un incendie. Je sautai du pick-up et attachai la laisse au collier de
Pancake, notre golden retriever qui trémoussait du derrière, surexcité à l'idée d'une balade.
Je tirai sur l'ex-short de ma soeur puis me tournai vers Papito.
- L'habit fait le moine, pas vrai ? S'ils nous prennent au sérieux, ils ne nous arnaqueront peut-être pas...
Papito examina le short d'Araceli et le vieux T-shirt Van Halen déchiré en des points stratégiques que j'avais chipé dans les rebuts de Lourdes.
- Jude Catherine Hernandez... J'aimerais bien voir quelqu'un conduire une moto dans cette tenue !
Je levai les yeux au ciel. Papa n'avait pas enfourché une moto depuis trente ans. Moi, on peut dire que je m'y connaissais en bécanes : j'avais téléchargé quasiment toutes les vidéos jamais filmées du Sturgis Motorcycle Rally et après quelques nuits blanches sur YouTube - merci Red Bull et Oreo -, je m'approchais du statut d'expert de la vaste et sombre culture des deux-roues.
Cuir, chaînes et absence flagrante de soutien-gorge, j'avais tout bon.
Papito plissa les yeux.
- Tu ressembles à...

mercredi 25 octobre 2017

[TAG #15] La rentrée - PKJ





Bonsoir !
Aujourd'hui je vous retrouve avec un tag. Ça fait un petit moment que je ne vous en ai pas proposé (aucun en 2017 en fait...) et je suis tombée sur celui-là (encore un PKJ), bien sympathique pour cette période qui, quant à elle, l'est largement moins... Sans compter que c'est le genre d'article qui ne prend pas énormément de temps - et du temps, j'en manque en lettres sup...
Je reviendrai prochainement - pas avec des articles sur films et séries comme j'aurai déjà dû le faire, snif - mais avec quelques chroniques écrites durant ces vacances. Après, je ne sais pas comment je vais pouvoir m'organiser, je ne pensais pas manquer d'autant de temps, je dois bien l'avouer...
*Ce tag a été réalisé début septembre, du coup pour les derniers achats, ce n'est pas vraiment ça mais après il y en a trop ;)*

Avez-vous réalisé ce tag ? Quelles sont/seraient vos réponses ? N'hésitez pas à me partager votre tag ou vos réponses :)


1)  Votre meilleure lecture de vacances.

Couverture du livre : Les Chroniques Lunaires, Tome 4 : Winter
Sans conteste, le sublime 4e tome de la saga des Chroniques Lunaires de Marissa Meyer: Winter. Un dernier tome merveilleux, surprenant, impossible à lâcher...






2) Le premier livre que vous avez lu/lisez après être rentré de vacances.
Résultat de recherche d'images pour "les âmes du purgatoire mérimée"


Rentrée future oblige, je me suis plongée dans Les Âmes du purgatoire de Mérimée. Une "réécriture" de Dom Juan sympa, pas déplaisante, mais pas hyper prenante.







3) Un livre qui se passe au mois de septembre.

Couverture du livre : P.S. I Like YouPS: I like you se passant au lycée, j'en déduis, du moins je le crois, qu'il commence au début de l'année scolaire, soit en septembre ! Et puis si ce n'est pas le cas, il y a toujours Je te hais... passionnément, ou encore Ma raison de vivre... Mais aucun livre qui se passe exclusivement en septembre (il y aurait bien Calendar girl de septembre, mais je n'en ai jamais ouvert un...).


4) Le livre PKJ qui sort prochainement/vient de sortir et qui vous fait le plus envie.


Difficile de n'en choisir qu'un, du coup je ne le fais pas ! ;)
Évidemment, tout ce que sort Marissa Meyer me fait extrêmement envie, soit Heartless !, mais je dois avouer que j'attends aussi impatiemment les suites de Je te hais... passionnément (Je te hais... à la folie) de Sara Wolf et de Rebelle du désert (La Trahison) d'Alwyn Hamilton !



5) Un livre qui se passe près de chez vous.



Comme le hasard fait bien les choses, il se trouve que ma dernière lecture - Le Tartuffe de Molière - se passait à Paris !






6) Un livre avec une couverture qui évoque l'école.

Couverture du livre : A Silent Voice, Tome 1Couverture du livre : Orange, Tome 1Couverture du livre : Orange, Tome 3

A silent voice de Yoshitoki Oima correspond parfaitement, mais puisque j'ai été déçue par ce premier volume, je vous présente aussi les couvertures d'Orange de Ichigo Takano.


7) Un livre qui met en scène un professeur que vous auriez aimé avoir.

Pour cette question, je sèche. J'ai eu beau me creuser la tête, je n'ai pas trouvé de réponse... Peut-être que je suis passée à côté, mais rien ne me vient. Je répondrai bien Alex Belrose dans A good girl d'Amanda K. Morgan, prof de français décrit comme très attirant et agréable - en tout cas dans les quelques chapitres que j'ai lu jusqu'à maintenant.


8) Un livre où le personnage principal vient de déménager/commence une nouvelle vie.

Couverture du livre : Mara Dyer, Tome 1 : Qui est Mara Dyer ?

Les titres qui y répondent sont légion ! Et pour ne pas reparler de Je te hais... passionnément, ni même vous rabâcher encore et toujours Lux de J. L. A., j'ai pensé à Mara Dyer de Michelle Hodkin. Voyez comme je fais des efforts rien que pour vous ! ;)


9) Un roman contemporain qui se passe au lycée.

J'ai eu beaucoup de mal à répondre... non pas que je n'avais pas de titre en tête mais parce que, bien au contraire, là encore, il y en avait trop qui se bousculait dans ma tête. Et il fallait choisir ! Before I fall, Ma raison de vivre, Je te hais passionnément, My Dilemme is you, Charlie + Charlotte, Ps: I like you... autant de titres qui collent parfaitement ! En voici donc deux (que je n'ai pas abordé sur le blog auparavant ni dans ce tag) ! :)

Couverture du livre : My dilemma is you, Tome 1Couverture du livre : Charlie + Charlotte


10) Votre dernier achat.


Dernièrement, on m'a fait plaisir niveau BDs avec le premier tome de Les Gardiens de la Galaxie (je suis fan des films) et le premier intégrale de Valerian, que je suis très curieuse de découvrir sur papier !


mercredi 4 octobre 2017

Remember Yesterday [Forget Tomorrow #2] - Pintip Dunn





 
Forget Tomorrow, tome 2: Remember Yesterday de Pintip Dunn,
traduit de l'américain par Diane Durocher
et paru aux éditions Lumen
le 6 avril 2017 au prix de 15 € 
Ma note livraddict: 19/20


 
QUATRIÈME DE COUVERTURE
À seize ans, Jessa vit dans un monde au bord du chaos. Jusque-là, tout le monde recevait au seuil de l’âge adulte un souvenir sélectionné et envoyé par son futur moi, une carte de visite qui conditionnait la vie et la carrière de chaque individu. Mais, depuis quelques années, le processus a été interrompu. On ignore encore comment ces images étaient envoyées depuis l’avenir dans le présent, on sait simplement que la clé de cette découverte décisive, c’est Jessa elle-même.
Ses pouvoirs psychiques en font donc la plus précieuse des habitantes d’Eden City… mais elle se refuse absolument à aider les autorités, car elles ne sont pas étrangères au suicide de sa sœur, dix ans plus tôt. Assaillie par une série d’étranges appels à l’aide, Jessa décide de se laisser guider par ces visions, quitte à devoir collaborer avec Tanner Callahan, jeune scientifique de renom sur lequel reposent justement tous les espoirs de découverte du souvenir futur. Autrement dit, son ennemi juré.
Son instinct ne serait-il rien d’autre que la main implacable du destin ? Dans la veine de Minority Report, Remember Yesterday est une dystopie haletante, dont l’héroïne va devoir oser réécrire son histoire et défier le futur.


MON AVIS
/!\ Cette chronique concerne une suite de série, elle contient donc des spoilers sur le premier tome, dont vous pouvez retrouver l'avis ici. /!\

J'ai commencé ce roman peu après sa sortie, mais ayant des lectures prioritaires, je l'ai à peine entamé. Peu avant le bac, j'ai eu un irrésistible besoin de le reprendre, et c'est ce que j'ai fait. Je n'ai pas pu le reposer et l'ai dévoré en une après-midi - heureusement, sinon j'aurai pris trop de retard dans mes révisions.
J'ai commencé cette chronique à chaud - mais n'ai pas pu la terminer à cause des examens - parce que j'en ai  ressenti le besoin. Et c'est seulement aujourd'hui que je la poste.
Cette lecture m'a happée, surprise, laissée bouche-bée... J'en suis ressortie le cœur au bord des lèvres, heureuse et impatiente d'avoir le 3e tome dans mes mains.


J'ai été très contente de retrouver l'univers et les personnages - bien que 10 ans plus tard et certains absents, c'était un pur plaisir ! - ainsi que le style si agréable de l'auteure !
Cette fois, on ne suit plus Callie, mais sa petite sœur Jessa, qui est désormais une adolescente de 16 ans. Depuis la mort de sa Callie, tout à changé. Plus de souvenirs du futur, plus de futurs "promis" et "certains". Depuis ce jour, la mauvaise Dresden fait tout pour en trouver la clée, en vain.
Jessa est une casse-cou qui n'a peur de rien. Bien que la jumelle de Callie, elle ne lui ressemble que physiquement, sinon qu'elle a la main sur le cœur. Elle ne supporte pas les scientifiques et fait tout pour faire échouer leurs tentatives (tout en sauvant quelques petites souris au passage). Elle a l'impression de ne pas être aimé, de l'être uniquement parce qu'elle est la sœur de cette jeune fille qui a changé son destin. Pour ça et pour tant d'autres raisons, je me suis beaucoup attachée à elle. Peut-être moins qu'à Callie, mais ça a été un plaisir de la découvrir vraiment, et pas au travers de sa sœur alors qu'elle avait 6 ans.

Tanner Callahan est quant à lui, de premier abord, un ado égocentrique aux chevilles monstrueuses. J'ai eu un peu plus de mal à m'attacher à lui que notre héroïne. Parfois même, j'aurais voulu rappeler à Jessa ce qu'il tentait de trouver, qui aurait mis le sacrifice de sa sœur à la poubelle afin qu'elle ne s'approche pas de lui. Mais elle ne peut résister, et j'ai moi-même succombé à son charme. Parce qu'il est si mignon, et en même temps détestable. Parce qu'en fait, il n'est pas vraiment celui qu'il prétend être. Et on ne peut qu'oublier/lui pardonner son attitude exécrable.

Puis un fois la méfiance et le désaccord passés, on s'abandonne totalement à découvrir la romance. Une relation adorable que j'ai vraiment apprécié voir évoluer, mais qui a un goût de trop peu - du coup, j'ai hâte d'en voir plus dans le 3e tome !
Les révélations et retournements de situation s'enchaînent, impossible alors de se retrouver face à la moindre longueur. Le roman se lit tout seul, c'est d'un addictif tel qu'on reste scotché du début à la fin, le cœur serré et l'esprit obnubilé. Quelques petites heures ont donc suffit pour que j'en lise la dernière page.
Mon petit cœur a plusieurs fois manifesté ses émotions: sa joie, sa colère, sa compassion, sa peur, sa douleur... Un tour de montagnes russes durant lequel il a dû bien s'accrocher, mais a malgré tout été malmené !

Et vient la fin, encore une fois aussi abrupte. Un autre élément qui pousse ma patience à ses limites quant à la suite de cette saga... Comme avec le 1er tome, l'auteure mets nos nerfs à rude épreuve. Je vous rassure, c'est moins atroce et bouleversant, mais c'est aussi parfait et surprenant que pour le tome précédent. Parce que oui, on a beau voir arriver cette fin, on en reste tout de même comme deux ronds de flan !
Du coup, j'ai plus que hâte de pouvoir lire le 3e tome et en découvrir toujours plus sur ces personnages, cet univers, ces révélations et autres retournements de situations.
 
Ce que je tiens par-dessus tout à souligner, c'est l'incroyable planification de l'auteure. Le moindre élément du premier tome s'explique, trouve utilité. Tout, vraiment tout, s'enchevêtre à merveille et c'est un vrai régal à lire et à découvrir. J'ai adoré comprendre l'importance du moindre détail dans cette histoire. L'auteure maîtrise son contenu d'une main de maître. Et rien que pour toutes ces révélations, c'est un coup de cœur qui dépasse celui que j'ai eu pour le premier tome.
 
Bien que Callie et Logan reste mes deux personnages chouchous (j'ai beaucoup aimé Jessa et Tanner, ne vous méprenez pas), j'ai préféré ce tome-ci au précédent: plus prenant, moins de longueurs ou de relâchements au niveau de l'action et de l'intrigue. Mais surtout, l'auteure a ficelé son histoire avec une incroyable minutie ! 2e tome et 2e coup de cœur pour cette saga que je recommande encore vivement !


EXTRAITS
Peut-être n'arrive-t-il rien au hasard, peut-être nos vies empruntent-elles exactement le chemin prévu par le Destin.
***
Ce qu'il y a de plus beau chez toi, c'est que tu aimes passionnément, sans conditions, que tu n'as pas peur de tes sentiments.
***
Le visage de Logan se trouble, et j'entrevois de nouveau l'homme qu'il est vraiment lorsqu'il ne tente pas de me protéger. Un homme qui souffre, mais qui aime.
 

dimanche 3 septembre 2017

[Mini chronique] Outliers #1 : Les anomalies - Kimberly McCreight


BONJOUR !!!
Je vous retrouve aujourd'hui pour un nouveau genre d'article: les mini chroniques. Au vu du nombre de chroniques qui attendent encore d'être écrites, j'ai décidé d'installer ce genre d'article pour pouvoir vous en proposer un peu plus régulièrement je l'espère.Ces petites chroniques seront plus courtes que les autres et donc le gain de temps et d'efficacité me permettra d'être plus présente et de rattraper toutes ces chroniques en retard...
Je ne pense pas faire de chroniques réduites en ce qui concerne mes lectures récentes (cet été), mais davantage celles qui remontent à avant l'été, ou en tout cas pas les livres qui m'inspirent de gros pavés !
Trêve de bavardage, je vous laisse avec Outliers !



  
 
 Outliers, tome 1: Les Anomalies
de Kimberly McCreight,
traduit de l'anglais par Fabienne Vidallet
et paru aux éditions Robert Laffont
dans leur Collection R
le 20 octobre 2016
au prix de 17,90 
 Ma note livraddict: 15/20


QUATRIÈME DE COUVERTURE
Un conseil: suivez votre instinct.
Tout commence par un texto : Wylie, stp, j'ai besoin de ton aide.
Cassie a disparu et ses SMS laissent craindre le pire à son amie... Qu'est-elle partie faire dans les denses forêts du Maine ? A-t-elle été kidnappée ? Est-elle en danger de mort ?
Aidée de Jasper, le petit ami de Cassie, Wylie surmonte son agoraphobie pour se lancer à sa recherche. Mais son mauvais pressentiment ne faiblit pas, loin de là : et si de bien plus noirs secrets se cachaient derrière la disparition de Cassie ? Des secrets à même de bouleverser l'équilibre du monde ?
 
MON AVIS
Avec Outliers, j'ai découvert le style d'une nouvelle auteure, qui avait précédemment fait parler d'elle avec son roman Amélia. Ici, on reste dans le même genre, soit un thriller. Et comme vous le savez peut-être, c'est loin d'être mon genre favoris et je m'y essaye très peu souvent. Cependant, Outliers m'a de suite donné envie : sa couverture, son titre, la maison d'éditions, le sujet de l'agoraphobie... mais également le fait qu'il se classe en Yound Adult.
Je me suis alors lancée dans cette lecture, non sans doutes par rapport au thriller, mais très curieuse. Et par chance, j'ai été agréablement surprise ! Bien qu'il y ai eu quelques bémols, j'ai dans l'ensemble passé un bon moment.

Rapidement happée par l'histoire, j'ai appris à connaître Wylie, cette jeune fille qui vit avec son père et son frère jumeau après la disparition de leur mère il y a peu. Wylie est victime d'angoisses qui rendent sa vie assez compliquée : elle ne sort plus de chez-elle et est quelque peu paranoïaque. Mais quand son amie appelle à l'aide, Wylie n'hésites pas à sauter dans la voiture de Jasper, le petit-ami de Cassie. J'ai beaucoup aimé découvrir sa loyauté et sa détermination à dépasser sa maladie pour venir en aide à une amie proche - sa meilleure amie.
Concernant les autres personnages, j'émets là le premier point noir. À part Wylie, et peut-être Jasper, je les ai trouvé assez plats et peu profonds, Cassie comprise. Plus on avance et plus ils se font nombreux, donnant assez peu l'occasion de se pencher sur certains en particuliers (Cassie) et de les découvrir davantage.
 
Comme je le disais, j'ai rapidement été prise dans l'histoire, mais pendant un bon nombre de pages j'étais cependant assez sceptique. En effet, le suspense n'était pas suffisamment tenu. Tout se passait sous mes yeux et je devinais aisément les points de l'intrigue. Puis vint la rupture. Et là, je félicite l'auteure pour son intrigue bien ficelée et ces éléments qui font leur apparition sans que je ne les ai vu venir. En même temps, j'étais loin de me douter que l'histoire prendrait cette tournure et ce genre là. Du coup, j'ai été très surprise, et dans le bon sens parce que cette nouveauté est quelque chose que j'aime beaucoup. J'ai d'ailleurs hâte d'en découvrir plus dans le tome à venir.
Après, il a encore quelques éléments que je n'ai pas plus apprécié que ça - sinon pas du tout - notamment un évènement tragique qui m'a paru faire un peu tache. Mais je ne peux absolument pas vous en révéler plus sans vous spoiler.
Une histoire qui a du potentiel et un retournement de situation bien surprenant. Cependant, il y a quelques bémols que j'espère ne pas retrouver dans le prochain tome.
 
 
EXTRAITS
– Est-ce que tu crois qu'elle va bien ?
– Oui, répond-il trop vite pour que je le croie.
– Pourquoi ?
– Parce qu'il le faut, pas vrai ?
Et quand il me regarde cette fois, ses yeux brillent dans l'obscurité.
– Ouais.
La gorge me brûle et je me tourne vers la vitre et les ténèbres qui défilent derrière. Ce n'est qu'à ce moment que je me rends compte que ce que j'ai dit à ce vieux fou était parfaitement vrai: je ne sais pas ce que je deviendrai si je pers Cassie aussi. Comment pourrai-je survivre sans sa folle énergie qui m'oblige à voir au-delà des frontières de mon angoisse ?
***
Il faut bien qu'il y ait des choses qui comptent. Ou alors rien n'a d'importance.
***
Les sentiments, surtout négatifs, ne l'atteignent pas - probablement à cause de son intelligence stellaire - alors que chez moi, ils restent prisonniers à jamais d'un magma inextricable et gluant.
 

lundi 31 juillet 2017

Anna et l'Homme-Hirondelle - Gavriel Savit





Anna et l'Homme-Hirondelle
de Gavriel Savit,
traduit de l'anglais par Aline Azoulay-Pacvoň
et paru aux éditions Seghers
le 11 mai 2017
au prix de 18,50 
Ma note livraddict: 13/20




QUATRIÈME DE COUVERTURE
6 novembre 1939, Cracovie.
Un million de soldats en marche et mille chiens aboyeurs, un endroit de peur et de froid ou il ne fait pas bon grandir.
Anna a sept ans quand son père, professeur à la faculté, se rend à une convocation des autorités allemandes, puis disparaît.
Seule et à la rue, Anna rencontre alors l'Homme-Hirondelle, un grand et étrange personnage qui parle toutes les langues – même l'oiseau. D'instinct, elle est prête à lui confier sa vie.
Avec des mots et des images simples, il lui explique la guerre. Comment y survivre. Un long voyage va commencer pour eux, à travers champs et forêts, pour échapper aux forces nazies et soviétiques.
Mais dans un monde devenu fou, tout peut se révéler dangereux. Et l'Homme-Hirondelle aussi...


MON AVIS

À la lecture de la quatrième de couverture, j'étais très intriguée. D'autant plus que j'adore les récits sur la seconde guerre mondiale, et tout ce qui y touche m'intéresse particulièrement. Les quelques romans que j'ai lu qui abordent cette période historique m'ont beaucoup plu pour ce fait et très émue. Du coup j'étais très contente de me replonger dans un roman qui traite du sujet. Malheureusement, il y a eu quelques couacs qui ont rendu ma
lecture un peu difficile, et au final mitigée.
Nous faisons la connaissance de la petite Anna, dont la vie bascule un jour de novembre 1939. Cette jeune fille originaire de Pologne se retrouve seule et sans rien ni personne du jour au lendemain, ceux sur qui elle pensait pouvoir compter lui tournant ostensiblement le dos. À la rue, elle tombe sur l'Homme-Hirondelle. Ensemble, ils passent alors de ville en ville et ne s'arrêtent pas de marcher. On suit l'évolution de la fillette de 7 ans, qui grandit dans le contexte effroyable de la guerre sans en comprendre la signification, ce que cela implique, sur qui se fier, et plus encore... Elle perçoit et comprend le monde différemment des adultes, avec des yeux innocents et une naïveté enfantine bien qu'elle soit "précoce". Elle discerne certaines choses que les autres enfants de son âge ne remarquent pas, elle parle un grand nombre de langues apprises par son père professeur et les abordent avec une vision très élaborée pour son jeune âge. L'histoire se déroulant sur plusieurs années, on assiste à l'évolution d'Anna. Sa vision du monde change avec elle et elle gagne en maturité. La petite fille adorable qu'elle était devient une jeune femme attachante, qu'on a toujours envie de serrer dans nos bras pour la rassurer.
Tout comme elle, Monsieur Hirondelle manie les mots avec perfection (et il parle aux oiseaux, si c'est pas fort ça !). Mais cela ne s'arrête pas là, il manie l'art de passer inaperçu, de mentir, de détourner l'attention, de survivre - et j'en passe - comme personne. Hormis ces nombreuses aptitudes - bien utiles dans la situation présente - ce froid personnage est un total mystère, autant pour le lecteur que pour Anna, même s'il devient un père adoptif. Du coup c'est vrai, j'ai eu un peu de mal avec lui pour cette raison. Seulement, rien que pour le fait d'avoir pris Anna sous son aile, de la protéger et de prendre soin d'elle, la bonté dont il fait preuve envers elle, j'ai tout de même apprécié le personnage.
Par ailleurs, le style de l'auteur et sa façon de nous présenter la guerre m'ont plu. Sa plume est poétique, tout en métaphore, mais permet également d'aborder la guerre avec une vision enfantine.
Cependant, son écriture se révèle aussi parfois complexe et assez lassante. Le fait est que l'on se retrouve face à de gros pavés de descriptions ou de narrations, souvent sur des points qui ne méritent pas autant de détails, au détriment d'un ou deux autres qui auraient gagnés à avoir plus d'attention. Par ces longues descriptions et discours narratifs, l'auteur m'a quelques fois perdue en chemin et j'ai dû m'accrocher pour venir à bout de ces passages et passer à la suite.
Un autre point qui m'a bien dérangée et manquée lors de ma lecture, c'est l'action. Je m'attendais à en trouver davantage au vu du contexte. Davantage de danger, de soldats soviétiques et nazis, de situations périlleuses et de bouleversements, mais finalement il y en a peu (bien qu'il n'y ait pas beaucoup plus de 200 pages). Par conséquent, je n'étais pas accro à l'histoire, et quand je la quittais, je n'y pensais pas vraiment, et je n'avais pas cette envie irrésistible d'y retourner. Non pas que je m'ennuyais avec, mais il manquait clairement d'action qui m'aurait rendue accro. Et de ce fait, j'ai mis un moment à le lire - d'autant plus qu'une fois en main, j'avançais à la vitesse d'un escargot traînant un éléphant derrière lui.
Plus avancé dans le roman, j'ai beaucoup aimé l'entrée d'un nouveau personnage dans notre petit groupe. Un protagoniste que j'ai aimé pour lui-même mais aussi pour sa présence, qui apportait tellement à l'histoire. Avec lui, c'était plus intéressant, dynamique et agréable.
Enfin, parlons des dernières pages. Là, c'est l'afflux de questions dans ma tête. Cette fin est un grand mystère, un gros point d'interrogation. Je me suis vraiment demandée ce qui était passé par la tête de l'auteur. J'ai refermé le livre avec des dizaines de questions sans réponses. Je l'ai trouvé bâclée, comme si Gavriel Savit avait impérativement dû arrêter son histoire là, parce qu'il en avait assez ou parce qu'il ne savait plus où la mener... peu importe, cette fin est tombée comme un cheveu sur la soupe, laissant le lecteur sur une énorme faim !
Ainsi, j'ai beaucoup apprécié le contexte et plus ou moins chaque personnage, que j'ai aimé voir évoluer au fil des années. J'ai passé un bon moment avec cette histoire touchante, cependant les retournements de situations ont manqué pour rendre ma lecture addictive et plus prenante. Et sur la fin, l'absence d'explications m'a laissée un goût amer en bouche.
Un grand merci aux éditions Robert Laffont pour l'envoi de ce roman !
EXTRAITS


En temps de paix, il arrive que vos désirs deviennent réalité. En temps de guerre, jamais.
***
Quand elle touchait du doigt une qualité ou une caractéristique commune à de nombreuses personnes - telle la gaucherie ci-dessus mentionnée -, son père la nommait pour elle.
La gaucherie. La résilience. L'assurance. La déférence. La ferté.

***
Leur première priorité consistait à trouver à la fillette une tenue adéquate pour une enfant de la campagne. La jolie robe rouge et blanc était un bon pendant au costume trois pièces de Monsieur Hirondelle : elle était assez élégante pour attirer un éventuel regard admiratif, mais ne représentait aucun avantage à la campagne.
***
Il tendit la main, comme le font les messieurs pour conclure un contrat âprement négocié.
Et Anna, qui n'était pas un homme, fit ce que toute fillette aurait fait en voyant la main tendue de son papa.
Elle la prit.

jeudi 20 juillet 2017

Je te hais... passionnément [Lovely Vicious #1] - Sara Wolf

 


Lovely Vicious, tome 1: Je te
hais... passionnément de Sara Wolf,
traduit de l'anglais par Alexandra Maillard
et paru aux éditions Pocket Jeunesse
dans leur collection 15 ans et +
le 18 mai 2017 au prix de 16,90 
 Ma note livraddict: 17/20




QUATRIÈME DE COUVERTURE
Isis Blake, 17 ans, a un objectif : ne JAMAIS retomber amoureuse. Alors qu'elle tente de s'intégrer dans son nouveau lycée, elle tient à ce que personne n'apprenne qu'avant elle était obèse... et qu'elle avait un cœur.
Mais, au lieu de se faire discrète, Isis colle son poing dans la figure de Jack Hunter, celui qu'on surnomme "le Prince de Glace". Dès lors les couloirs du lycée deviennent un champ de bataille. Leur guerre sera sans merci...
 
MON AVIS
J'ai été de suite attirée par ce roman. La couverture (bien que je n'aime pas quand elles arborent un couple), le regard de la fille, les tons bleutés. Cela dit, j'hésitais à cause du titre. Quand je vois le VO, je regrette qu'il n'ait pas été repris... Mais j'avais entendu beaucoup de bien - que du bien - à son propos, et j'avais terriblement envie de romance au moment de sa lecture (je n'arrivais même pas à lire un autre genre...). Alors quand je suis allée en librairie, j'ai directement jeté mon dévolu sur lui et craqué. Et il faut dire que je ne le regrette pas !

On rencontre deux adolescents : Jack, le beau gosse du lycée, et Isis, la fille pas bien dans sa peau. Je suis immédiatement tombée sous leur charme, surtout celui de Mlle. Isis est une héroïne à la répartie bien placée et au caractère pour le moins trempé, qui parle à tort et à travers. Elle m'a fait rire à de nombreuses reprises et c'est ce que j'ai le plus apprécié chez elle. Ses réparties hautes en couleur, cinglantes et comiques, derrière lesquelles elle cache tout ce qui ne va pas (son passé, ses secrets, ses coups de mou). Elle est forte, et ne se lamente pas sans cesse sur son sort. Malgré son désir de ne rien laisser paraître, on est forcé d'éprouver de la compassion face à tout ce qu'elle a vécu, pas seulement la concernant personnellement, mais également concernant sa famille. Ce que j'ai également apprécié, c'est que l'auteur reste assez floue sur ce qui lui est arrivé dans le passé. Du coup on doute, mais sans pour autant en avoir la confirmation, ce qui entretient le suspense et l'envie de sauter sur la suite.
Son humour rend la guerre quelle mène avec Jack un vrai régal à lire. Il est quant à lui mystérieux, autant qu'Isis l'est pour lui. Il faut dire qu'on est pas dans sa tête - du moins pas sans arrêt - et qu'on ne sait que ce qu'Isis sait également, que ce que l'auteure veut bien nous révéler. Autrement dit, pas grand chose pendant un certain temps. Puis les révélations se font et le regard qu'on porte sur lui change un peu. C'est un protagoniste charmeur, sarcastique, qui a du répondant et qui est bien moins froid que ce que sa réputation et lui-même laissent croire.

L'histoire se dévore, la plume de l'auteure est agréable et addictive, ce qui fait que le roman se lit d'une traite. J'ai été rapidement et irrémédiablement embarquée, dès les premières pages. Complètement happée, je n'ai plus voulu le lâcher, j'avais besoin de savoir ce qui allait suivre. Et en deux soirées, je l'avais terminé. L'auteure sait parfaitement retranscrire les émotions des personnages, si bien qu'elles m'ont envahit plusieurs fois. On passe du rire à une tristesse compatissante pour les personnages, des larmes de rire aux larmes de patates. Les révélations vont bon train et rendent la lecture encore plus prenante. On a envie de savoir ce qui se cache derrière tous ces faux-semblants et ces simulacres. Alors on apprend des nouvelles désagréables sur nos personnages. Dont on se doute pour la plupart, certes, mais qui ne manquent tout de même pas de nous émouvoir ou nous catastropher.
Après, je dois avouer que le petit coup de frayeur lorsque l'on se rapproche de la fin ne m'a pas fait vraiment d'effet. Je crois que je suis un peu allergique à ce genre de retournement de situation car peut-être bien trop souvent utilisés à mon goût. Cela dit, il reste tout de même bien mené et m'a moins dérangé que dans d'autres livres. La toute dernière révélation est assez choquante et ne m'a quant à elle pas du tout déplu puisqu'elle laisse le lecteur impatient et sur un cliffhanger. qui promet pour la suite.
Les deux autres petits points négatifs que je tiens à relever sont plus des moindre. J'ai noté quelques incohérence au niveau des dialogues ou même des illogismes concernant les personnages, notamment Isis qui m'a une fois surprise par son manque d'idée. Après, j'aurai aimé que la romance soit un peu plus développée, mais je sais bien qu'elle le sera davantage dans le prochain tome - que j'ai super hâte de découvrir après un tel suspense à la fin !

Aux premiers abords romance clichée comme il y en a tant, il n'en est en réalité presque rien. On se retrouve face à des personnages sincères et émouvants, et surtout à une héroïne à la répartie d'enfer et à l'humour décapant. L'histoire en elle-même est impossible à lâcher et haletante de révélations.

 
EXTRAITS

Un cœur... Quel cœur ? Tu parles du truc dont je me suis débarrassée il y a trois ans ? D'après ce que je sais, aucun organe ne peut fonctionner à l'extérieur d'un corps. Sauf s'il est relié à une machine. Mais c'est vraiment dégueu, et je n'ai définitivement pas raccordé mon crétin de palpitant à une pompe. Je l'ai balancé par la fenêtre...

***

— Allons-y. Allons l'interroger.
Un rire moqueur monte dans ma gorge.
— L'interroger ? C'est un peu léger, tu ne trouves pas ? Je serais plutôt pour la transpercer avec des tisons chauffés à blanc, tu vois...
Wren me sourit d'un air satisfait, puis nous fonçons dans le couloir, laissant Jack et Kayla en tête à tête.
***
— Je te collerais bien une baffe, là tout de suite, mais j'ai une boule de quatre kilos dans les mains et j'ai peur que ça se solde par un meurtre.
***
Je referme la lettre en grimaçant. J’ai l’impression d’avoir commis un sacrilège en la lisant. Et je dois absolument redescendre et dégager de là. Le seul fait de tenir cette chose me colle une douleur au ventre.
Je sors mon téléphone. Si je prenais une photo, Avery pourrait parcourir la lettre sans que j’aie besoin de la voler. C’est la solution parfaite. Il faudrait juste la poser sur quelque chose de plat…
Je pivote sur moi-même, et percute un torse dur comme le marbre.
Des yeux bleu glacier m’envoient des éclairs, et le visage auquel ils appartiennent paraît sombre et en colère.
Je pousse un petit cri et esquisse un geste de défense.
— S’il te plaît, fais en sorte que mon cadavre soit identifiable !