Dernières chroniques

 
https://unefilledanslesetoiles.blogspot.fr/2017/07/anna-et-lhomme-hirondelle-gavriel-savit.html https://unefilledanslesetoiles.blogspot.fr/2017/07/je-te-hais-passionnement-lovely-vicious.html http://unefilledanslesetoiles.blogspot.fr/2017/07/never-never-saison-1-colleen-hoover.html https://unefilledanslesetoiles.blogspot.fr/2017/06/opale-lux-3-jennifer-l-armentrout.htmlhttps://unefilledanslesetoiles.blogspot.fr/2017/05/une-place-pour-lespoir-virginie-coedelo.html
 
 

dimanche 3 septembre 2017

[Mini chronique] Outliers #1 : Les anomalies - Kimberly McCreight


BONJOUR !!!
Je vous retrouve aujourd'hui pour un nouveau genre d'article: les mini chroniques. Au vu du nombre de chroniques qui attendent encore d'être écrites, j'ai décidé d'installer ce genre d'article pour pouvoir vous en proposer un peu plus régulièrement je l'espère.Ces petites chroniques seront plus courtes que les autres et donc le gain de temps et d'efficacité me permettra d'être plus présente et de rattraper toutes ces chroniques en retard...
Je ne pense pas faire de chroniques réduites en ce qui concerne mes lectures récentes (cet été), mais davantage celles qui remontent à avant l'été, ou en tout cas pas les livres qui m'inspirent de gros pavés !
Trêve de bavardage, je vous laisse avec Outliers !



  
 
 Outliers, tome 1: Les Anomalies
de Kimberly McCreight,
traduit de l'anglais par Fabienne Vidallet
et paru aux éditions Robert Laffont
dans leur Collection R
le 20 octobre 2016
au prix de 17,90 
 Ma note livraddict: 15/20


QUATRIÈME DE COUVERTURE
Un conseil: suivez votre instinct.
Tout commence par un texto : Wylie, stp, j'ai besoin de ton aide.
Cassie a disparu et ses SMS laissent craindre le pire à son amie... Qu'est-elle partie faire dans les denses forêts du Maine ? A-t-elle été kidnappée ? Est-elle en danger de mort ?
Aidée de Jasper, le petit ami de Cassie, Wylie surmonte son agoraphobie pour se lancer à sa recherche. Mais son mauvais pressentiment ne faiblit pas, loin de là : et si de bien plus noirs secrets se cachaient derrière la disparition de Cassie ? Des secrets à même de bouleverser l'équilibre du monde ?
 
MON AVIS
Avec Outliers, j'ai découvert le style d'une nouvelle auteure, qui avait précédemment fait parler d'elle avec son roman Amélia. Ici, on reste dans le même genre, soit un thriller. Et comme vous le savez peut-être, c'est loin d'être mon genre favoris et je m'y essaye très peu souvent. Cependant, Outliers m'a de suite donné envie : sa couverture, son titre, la maison d'éditions, le sujet de l'agoraphobie... mais également le fait qu'il se classe en Yound Adult.
Je me suis alors lancée dans cette lecture, non sans doutes par rapport au thriller, mais très curieuse. Et par chance, j'ai été agréablement surprise ! Bien qu'il y ai eu quelques bémols, j'ai dans l'ensemble passé un bon moment.

Rapidement happée par l'histoire, j'ai appris à connaître Wylie, cette jeune fille qui vit avec son père et son frère jumeau après la disparition de leur mère il y a peu. Wylie est victime d'angoisses qui rendent sa vie assez compliquée : elle ne sort plus de chez-elle et est quelque peu paranoïaque. Mais quand son amie appelle à l'aide, Wylie n'hésites pas à sauter dans la voiture de Jasper, le petit-ami de Cassie. J'ai beaucoup aimé découvrir sa loyauté et sa détermination à dépasser sa maladie pour venir en aide à une amie proche - sa meilleure amie.
Concernant les autres personnages, j'émets là le premier point noir. À part Wylie, et peut-être Jasper, je les ai trouvé assez plats et peu profonds, Cassie comprise. Plus on avance et plus ils se font nombreux, donnant assez peu l'occasion de se pencher sur certains en particuliers (Cassie) et de les découvrir davantage.
 
Comme je le disais, j'ai rapidement été prise dans l'histoire, mais pendant un bon nombre de pages j'étais cependant assez sceptique. En effet, le suspense n'était pas suffisamment tenu. Tout se passait sous mes yeux et je devinais aisément les points de l'intrigue. Puis vint la rupture. Et là, je félicite l'auteure pour son intrigue bien ficelée et ces éléments qui font leur apparition sans que je ne les ai vu venir. En même temps, j'étais loin de me douter que l'histoire prendrait cette tournure et ce genre là. Du coup, j'ai été très surprise, et dans le bon sens parce que cette nouveauté est quelque chose que j'aime beaucoup. J'ai d'ailleurs hâte d'en découvrir plus dans le tome à venir.
Après, il a encore quelques éléments que je n'ai pas plus apprécié que ça - sinon pas du tout - notamment un évènement tragique qui m'a paru faire un peu tache. Mais je ne peux absolument pas vous en révéler plus sans vous spoiler.
Une histoire qui a du potentiel et un retournement de situation bien surprenant. Cependant, il y a quelques bémols que j'espère ne pas retrouver dans le prochain tome.
 
 
EXTRAITS
– Est-ce que tu crois qu'elle va bien ?
– Oui, répond-il trop vite pour que je le croie.
– Pourquoi ?
– Parce qu'il le faut, pas vrai ?
Et quand il me regarde cette fois, ses yeux brillent dans l'obscurité.
– Ouais.
La gorge me brûle et je me tourne vers la vitre et les ténèbres qui défilent derrière. Ce n'est qu'à ce moment que je me rends compte que ce que j'ai dit à ce vieux fou était parfaitement vrai: je ne sais pas ce que je deviendrai si je pers Cassie aussi. Comment pourrai-je survivre sans sa folle énergie qui m'oblige à voir au-delà des frontières de mon angoisse ?
***
Il faut bien qu'il y ait des choses qui comptent. Ou alors rien n'a d'importance.
***
Les sentiments, surtout négatifs, ne l'atteignent pas - probablement à cause de son intelligence stellaire - alors que chez moi, ils restent prisonniers à jamais d'un magma inextricable et gluant.
 

lundi 31 juillet 2017

Anna et l'Homme-Hirondelle - Gavriel Savit



Anna et l'Homme-Hirondelle
de Gavriel Savit,
traduit de l'anglais par Aline Azoulay-Pacvoň
et paru aux éditions Seghers
le 11 mai 2017
au prix de 18,50 
Ma note livraddict: 13/20


 

QUATRIÈME DE COUVERTURE

6 novembre 1939, Cracovie.
Un million de soldats en marche et mille chiens aboyeurs, un endroit de peur et de froid ou il ne fait pas bon grandir.
Anna a sept ans quand son père, professeur à la faculté, se rend à une convocation des autorités allemandes, puis disparaît.
Seule et à la rue, Anna rencontre alors l'Homme-Hirondelle, un grand et étrange personnage qui parle toutes les langues – même l'oiseau. D'instinct, elle est prête à lui confier sa vie.
Avec des mots et des images simples, il lui explique la guerre. Comment y survivre. Un long voyage va commencer pour eux, à travers champs et forêts, pour échapper aux forces nazies et soviétiques.
Mais dans un monde devenu fou, tout peut se révéler dangereux. Et l'Homme-Hirondelle aussi...


 

MON AVIS

À la lecture de la quatrième de couverture, j'étais très intriguée. D'autant plus que j'adore les récits sur la seconde guerre mondiale, et tout ce qui y touche m'intéresse particulièrement. Les quelques romans que j'ai lu qui abordent cette période historique m'ont beaucoup plu pour ce fait et très émue. Du coup j'étais très contente de me replonger dans un roman qui traite du sujet. Malheureusement, il y a eu quelques couacs qui ont rendu ma
lecture un peu difficile, et au final mitigée.
 
Nous faisons la connaissance de la petite Anna, dont la vie bascule un jour de novembre 1939. Cette jeune fille originaire de Pologne se retrouve seule et sans rien ni personne du jour au lendemain, ceux sur qui elle pensait pouvoir compter lui tournant ostensiblement le dos. À la rue, elle tombe sur l'Homme-Hirondelle. Ensemble, ils passent alors de ville en ville et ne s'arrêtent pas de marcher. On suit l'évolution de la fillette de 7 ans, qui grandit dans le contexte effroyable de la guerre sans en comprendre la signification, ce que cela implique, sur qui se fier, et plus encore... Elle perçoit et comprend le monde différemment des adultes, avec des yeux innocents et une naïveté enfantine bien qu'elle soit "précoce". Elle discerne certaines choses que les autres enfants de son âge ne remarquent pas, elle parle un grand nombre de langues apprises par son père professeur et les abordent avec une vision très élaborée pour son jeune âge. L'histoire se déroulant sur plusieurs années, on assiste à l'évolution d'Anna. Sa vision du monde change avec elle et elle gagne en maturité. La petite fille adorable qu'elle était devient une jeune femme attachante, qu'on a toujours envie de serrer dans nos bras pour la rassurer.
 
Tout comme elle, Monsieur Hirondelle manie les mots avec perfection (et il parle aux oiseaux, si c'est pas fort ça !). Mais cela ne s'arrête pas là, il manie l'art de passer inaperçu, de mentir, de détourner l'attention, de survivre - et j'en passe - comme personne. Hormis ces nombreuses aptitudes - bien utiles dans la situation présente - ce froid personnage est un total mystère, autant pour le lecteur que pour Anna, même s'il devient un père adoptif. Du coup c'est vrai, j'ai eu un peu de mal avec lui pour cette raison. Seulement, rien que pour le fait d'avoir pris Anna sous son aile, de la protéger et de prendre soin d'elle, la bonté dont il fait preuve envers elle, j'ai tout de même apprécié le personnage.
 
Par ailleurs, le style de l'auteur et sa façon de nous présenter la guerre m'ont plu. Sa plume est poétique, tout en métaphore, mais permet également d'aborder la guerre avec une vision enfantine.
Cependant, son écriture se révèle aussi parfois complexe et assez lassante. Le fait est que l'on se retrouve face à de gros pavés de descriptions ou de narrations, souvent sur des points qui ne méritent pas autant de détails, au détriment d'un ou deux autres qui auraient gagnés à avoir plus d'attention. Par ces longues descriptions et discours narratifs, l'auteur m'a quelques fois perdue en chemin et j'ai dû m'accrocher pour venir à bout de ces passages et passer à la suite.
 
Un autre point qui m'a bien dérangée et manquée lors de ma lecture, c'est l'action. Je m'attendais à en trouver davantage au vu du contexte. Davantage de danger, de soldats soviétiques et nazis, de situations périlleuses et de bouleversements, mais finalement il y en a peu (bien qu'il n'y ait pas beaucoup plus de 200 pages). Par conséquent, je n'étais pas accro à l'histoire, et quand je la quittais, je n'y pensais pas vraiment, et je n'avais pas cette envie irrésistible d'y retourner. Non pas que je m'ennuyais avec, mais il manquait clairement d'action qui m'aurait rendue accro. Et de ce fait, j'ai mis un moment à le lire - d'autant plus qu'une fois en main, j'avançais à la vitesse d'un escargot traînant un éléphant derrière lui.
Plus avancé dans le roman, j'ai beaucoup aimé l'entrée d'un nouveau personnage dans notre petit groupe. Un protagoniste que j'ai aimé pour lui-même mais aussi pour sa présence, qui apportait tellement à l'histoire. Avec lui, c'était plus intéressant, dynamique et agréable.
 
Enfin, parlons des dernières pages. Là, c'est l'afflux de questions dans ma tête. Cette fin est un grand mystère, un gros point d'interrogation. Je me suis vraiment demandée ce qui était passé par la tête de l'auteur. J'ai refermé le livre avec des dizaines de questions sans réponses. Je l'ai trouvé bâclée, comme si Gavriel Savit avait impérativement dû arrêter son histoire là, parce qu'il en avait assez ou parce qu'il ne savait plus où la mener... peu importe, cette fin est tombée comme un cheveu sur la soupe, laissant le lecteur sur une énorme faim !
 
Ainsi, j'ai beaucoup apprécié le contexte et plus ou moins chaque personnage, que j'ai aimé voir évoluer au fil des années. J'ai passé un bon moment avec cette histoire touchante, cependant les retournements de situations ont manqué pour rendre ma lecture addictive et plus prenante. Et sur la fin, l'absence d'explications m'a laissée un goût amer en bouche.
 
 
Un grand merci aux éditions Robert Laffont pour l'envoi de ce roman !
 
 
 
EXTRAITS


En temps de paix, il arrive que vos désirs deviennent réalité. En temps de guerre, jamais.
***
Quand elle touchait du doigt une qualité ou une caractéristique commune à de nombreuses personnes - telle la gaucherie ci-dessus mentionnée -, son père la nommait pour elle.
La gaucherie. La résilience. L'assurance. La déférence. La ferté.

***
Leur première priorité consistait à trouver à la fillette une tenue adéquate pour une enfant de la campagne. La jolie robe rouge et blanc était un bon pendant au costume trois pièces de Monsieur Hirondelle : elle était assez élégante pour attirer un éventuel regard admiratif, mais ne représentait aucun avantage à la campagne.
***
Il tendit la main, comme le font les messieurs pour conclure un contrat âprement négocié.
Et Anna, qui n'était pas un homme, fit ce que toute fillette aurait fait en voyant la main tendue de son papa.
Elle la prit.

jeudi 20 juillet 2017

Je te hais... passionnément [Lovely Vicious #1] - Sara Wolf

 


Lovely Vicious, tome 1: Je te
hais... passionnément de Sara Wolf,
traduit de l'anglais par Alexandra Maillard
et paru aux éditions Pocket Jeunesse
dans leur collection 15 ans et +
le 18 mai 2017 au prix de 16,90 
 Ma note livraddict: 17/20




QUATRIÈME DE COUVERTURE
Isis Blake, 17 ans, a un objectif : ne JAMAIS retomber amoureuse. Alors qu'elle tente de s'intégrer dans son nouveau lycée, elle tient à ce que personne n'apprenne qu'avant elle était obèse... et qu'elle avait un cœur.
Mais, au lieu de se faire discrète, Isis colle son poing dans la figure de Jack Hunter, celui qu'on surnomme "le Prince de Glace". Dès lors les couloirs du lycée deviennent un champ de bataille. Leur guerre sera sans merci...
 
MON AVIS
J'ai été de suite attirée par ce roman. La couverture (bien que je n'aime pas quand elles arborent un couple), le regard de la fille, les tons bleutés. Cela dit, j'hésitais à cause du titre. Quand je vois le VO, je regrette qu'il n'ait pas été repris... Mais j'avais entendu beaucoup de bien - que du bien - à son propos, et j'avais terriblement envie de romance au moment de sa lecture (je n'arrivais même pas à lire un autre genre...). Alors quand je suis allée en librairie, j'ai directement jeté mon dévolu sur lui et craqué. Et il faut dire que je ne le regrette pas !

On rencontre deux adolescents : Jack, le beau gosse du lycée, et Isis, la fille pas bien dans sa peau. Je suis immédiatement tombée sous leur charme, surtout celui de Mlle. Isis est une héroïne à la répartie bien placée et au caractère pour le moins trempé, qui parle à tort et à travers. Elle m'a fait rire à de nombreuses reprises et c'est ce que j'ai le plus apprécié chez elle. Ses réparties hautes en couleur, cinglantes et comiques, derrière lesquelles elle cache tout ce qui ne va pas (son passé, ses secrets, ses coups de mou). Elle est forte, et ne se lamente pas sans cesse sur son sort. Malgré son désir de ne rien laisser paraître, on est forcé d'éprouver de la compassion face à tout ce qu'elle a vécu, pas seulement la concernant personnellement, mais également concernant sa famille. Ce que j'ai également apprécié, c'est que l'auteur reste assez floue sur ce qui lui est arrivé dans le passé. Du coup on doute, mais sans pour autant en avoir la confirmation, ce qui entretient le suspense et l'envie de sauter sur la suite.
Son humour rend la guerre quelle mène avec Jack un vrai régal à lire. Il est quant à lui mystérieux, autant qu'Isis l'est pour lui. Il faut dire qu'on est pas dans sa tête - du moins pas sans arrêt - et qu'on ne sait que ce qu'Isis sait également, que ce que l'auteure veut bien nous révéler. Autrement dit, pas grand chose pendant un certain temps. Puis les révélations se font et le regard qu'on porte sur lui change un peu. C'est un protagoniste charmeur, sarcastique, qui a du répondant et qui est bien moins froid que ce que sa réputation et lui-même laissent croire.

L'histoire se dévore, la plume de l'auteure est agréable et addictive, ce qui fait que le roman se lit d'une traite. J'ai été rapidement et irrémédiablement embarquée, dès les premières pages. Complètement happée, je n'ai plus voulu le lâcher, j'avais besoin de savoir ce qui allait suivre. Et en deux soirées, je l'avais terminé. L'auteure sait parfaitement retranscrire les émotions des personnages, si bien qu'elles m'ont envahit plusieurs fois. On passe du rire à une tristesse compatissante pour les personnages, des larmes de rire aux larmes de patates. Les révélations vont bon train et rendent la lecture encore plus prenante. On a envie de savoir ce qui se cache derrière tous ces faux-semblants et ces simulacres. Alors on apprend des nouvelles désagréables sur nos personnages. Dont on se doute pour la plupart, certes, mais qui ne manquent tout de même pas de nous émouvoir ou nous catastropher.
Après, je dois avouer que le petit coup de frayeur lorsque l'on se rapproche de la fin ne m'a pas fait vraiment d'effet. Je crois que je suis un peu allergique à ce genre de retournement de situation car peut-être bien trop souvent utilisés à mon goût. Cela dit, il reste tout de même bien mené et m'a moins dérangé que dans d'autres livres. La toute dernière révélation est assez choquante et ne m'a quant à elle pas du tout déplu puisqu'elle laisse le lecteur impatient et sur un cliffhanger. qui promet pour la suite.
Les deux autres petits points négatifs que je tiens à relever sont plus des moindre. J'ai noté quelques incohérence au niveau des dialogues ou même des illogismes concernant les personnages, notamment Isis qui m'a une fois surprise par son manque d'idée. Après, j'aurai aimé que la romance soit un peu plus développée, mais je sais bien qu'elle le sera davantage dans le prochain tome - que j'ai super hâte de découvrir après un tel suspense à la fin !

Aux premiers abords romance clichée comme il y en a tant, il n'en est en réalité presque rien. On se retrouve face à des personnages sincères et émouvants, et surtout à une héroïne à la répartie d'enfer et à l'humour décapant. L'histoire en elle-même est impossible à lâcher et haletante de révélations.

 
EXTRAITS

Un cœur... Quel cœur ? Tu parles du truc dont je me suis débarrassée il y a trois ans ? D'après ce que je sais, aucun organe ne peut fonctionner à l'extérieur d'un corps. Sauf s'il est relié à une machine. Mais c'est vraiment dégueu, et je n'ai définitivement pas raccordé mon crétin de palpitant à une pompe. Je l'ai balancé par la fenêtre...

***

— Allons-y. Allons l'interroger.
Un rire moqueur monte dans ma gorge.
— L'interroger ? C'est un peu léger, tu ne trouves pas ? Je serais plutôt pour la transpercer avec des tisons chauffés à blanc, tu vois...
Wren me sourit d'un air satisfait, puis nous fonçons dans le couloir, laissant Jack et Kayla en tête à tête.
***
— Je te collerais bien une baffe, là tout de suite, mais j'ai une boule de quatre kilos dans les mains et j'ai peur que ça se solde par un meurtre.
***
Je referme la lettre en grimaçant. J’ai l’impression d’avoir commis un sacrilège en la lisant. Et je dois absolument redescendre et dégager de là. Le seul fait de tenir cette chose me colle une douleur au ventre.
Je sors mon téléphone. Si je prenais une photo, Avery pourrait parcourir la lettre sans que j’aie besoin de la voler. C’est la solution parfaite. Il faudrait juste la poser sur quelque chose de plat…
Je pivote sur moi-même, et percute un torse dur comme le marbre.
Des yeux bleu glacier m’envoient des éclairs, et le visage auquel ils appartiennent paraît sombre et en colère.
Je pousse un petit cri et esquisse un geste de défense.
— S’il te plaît, fais en sorte que mon cadavre soit identifiable !

vendredi 14 juillet 2017

Never Never saison 1 - Colleen Hoover & Tarryn Fisher

Résultat de recherche d'images pour "never never colleen hoover"





Never Never saison 1
de Colleen Hoover & Tarryn Fisher,
traduit de l'anglais par Pauline Vidal et paru aux éditions Hugo Roman dans leur collection New Romance le 3 novembre 2016 au prix de 13,50 
 Ma note livraddict: 13/20




QUATRIÈME DE COUVERTURE
Leur futur est dans la redécouverte de leurs souvenirs.

Depuis ce matin, Silas et Charlie ne savent plus qui ils sont ni quel est leur passé.

Pourtant, ils devraient avoir beaucoup de souvenirs communs.
Ils se connaissent depuis longtemps et ont toujours été ensemble.
Il leur faut maintenant reconstituer leur passé et se redécouvrir mutuellement.
Et surtout, ne plus jamais, jamais oublier.
 
MON AVIS
Contrairement à beaucoup, je vis un peu un relation amour/haine avec Colleen Hoover. Tandis que je n'avais vraiment pas aimé Hopeless (ne me tapez pas), j'avais adoré Confess, lu un peu plus tard - parce que ne voulais pas m'arrêter à une déception et voulais moi aussi faire partie de tous ceux qui sont en adoration devant les romans de CoHo. Ce dernier m'avait alors en quelque sorte réconcilié avec l'avis que tout le monde se faisait sur cette auteure : à savoir qu'elle pondait de belles et émouvantes histoires. J'étais donc contente d'avoir retenté l'expérience et ai acheté d'autres romans signés Colleen Hoover. Le premier à quitter ma PAL après ma très bonne lecture de Confess fut donc Never Never, lecture commune avec Ilona du blog Lectures étoilées.
Et à mon grand damn, ça ne l'a pas fait autant que je l'espérai... Alors certes, je n'ai pas été aussi déçue qu'avec Hopeless, mais c'est tout de même une lecture qui ne m'a convaincue plus que ça.
Contrairement à moi, Ilona a adoré, alors n'hésitez pas à aller voir son article, juste !

On découvre deux personnages, Silas et Charlie, qui ont tout deux perdu la mémoire. Impossible de se souvenir qui ils sont, qui sont ceux qui les entourent, ce qu'ils aiment manger, des sentiments qui les lient, pourquoi il ne se souviennent de rien... Ils partent alors à la recherche de réponses aux trop nombreuses questions qu'ils se posent. Et ils n'auront qu'eux pour seule aide.
Déjà, le premier point noir, sinon le plus gros, arrive : je ne me suis pas attachée aux protagonistes. Alors oui, il faut bien dire qu'en à peine 200 pages, et même à quatre mains, les auteurs ne pouvaient pas faire des miracles, d'autant plus avec des personnages qui ne se connaissent pas eux-mêmes... Bon certes, j'étais avec eux et j'espérais vraiment qu'ils trouveraient les réponses à leurs questions (et aux miennes par extension). Mais hormis ça et le fait que je suis un peu tombée sous le charme de Silas et que j'ai aimé le mordant de notre chère Charlie, il ne s'est rien passé de plus entre eux et moi. Nada. Que tchi.
Toujours les concernant, j'ai été surprise de découvrir leur âge et ce qui va avec [Spoiler], qu'ils étaient au lycée et donc adolescents [Spoiler]. Je ne vous dirais rien à ce sujet, puisque si j'ai pu ne pas m'en douter, ça sera sûrement le cas de quelques autres lecteurs. Par contre, je ne saurai vous dire si c'est vraiment une mauvaise surprise (parce que oui, c'est plutôt vers ce côté qu'elle tend). J'avoue que j'aurai préféré les voir dans un autre contexte, mais finalement ça fonctionne bien.
 
Heureusement, le suspense était là pour m'empêcher de m'écrouler tête première sur le livre, ou bien d'en prendre un autre. C'est là le plus gros point fort de l'histoire. Celui grâce auquel on reste plongé dans le bouquin - pas sans plus vouloir relever la tête, mais presque. On est exactement comme Charlie et Silas, tout ce qu'on veut, ce qu'on attend, c'est de savoir. De savoir pourquoi ils ont perdu la mémoire, en même temps, ce qui n'est vraisemblablement pas un accident au vu du contexte dans lequel ils se trouvent à leur "réveil". La thèse de l'accident dès le départ écarté, on cherche, on réfléchit à ce qui pourrait expliquer leur perte. J'ai élaboré des théories tout au long de ce court roman, alors que le suspense est tenu jusqu'à la fin. Et là encore, on reste en haleine, sur notre faim, et impatient. Cela dit, je dois avouer que ce qu'on apprend laisse entrer un nouveau pion dans l'échiquier qui ne m'a pas trop plu... Je me suis alors rendue compte que j'espérais ne pas me retrouver face à ce genre d'explications - on a pas de réponse précise, juste quelques données dans les grandes largeurs mais qui laissent entrevoir quelque chose que j'aurai préféré ne pas trouver dans cette histoire. Après, je reconnais être intriguée et impatiente de lire la saison 2 afin d'en savoir plus. Je souhaite tout de même voir ce que les auteurs vont en faire.
En outre, j'ai été assez séduite par les plumes des auteurs. Je ne saurai dire si j'ai retrouvé celle de Colleen Hoover, mais c'était agréable à lire et plutôt fluide, donc un point là-dessus.
Vous l'aurez compris, Never Never n'a pas été pour moi une très bonne lecture. Elle m'a laissée quelque peu déçue, notamment par des personnages auxquels je ne me suis pas vraiment attachée. Cela dit, je suis intriguée et je laisse une chance à la suite qui j'espère me fera passer un super moment.
 
EXTRAITS

Une main apparaît sur notre droite à travers un rideau de perles. Une femme en sort et Charlie vient aussitôt se blottir contre moi ; je l'entoure de mes bras sans trop savoir pourquoi elle prend cet air apeuré. Cela ne lui ressemble pas, mais je ne vais pas me plaindre, non plus. Une Charlie apeurée ne peut donner qu'un heureux Silas.
***
Je la rejoins, lui prends le papier qui semble avoir été plié et replié à plusieurs reprises, au point qu'un petit trou s'est formé en son centre. Il contient cette phrase écrite en travers de la page : Ne jamais arrêter. Ne jamais oublier.
 

dimanche 9 juillet 2017

[Bilan du mois] Février, Mars & Avril 2017


 

Mieux vaut tard que jamais... je vous retrouve pour faire le point sur février, mars et avril ! Un bilan très en retard je sais
(celui qui combinera mai et juin arrivera prochainement également), mais je n'ai pas pris le temps - ni eu la foi - de le faire plus tôt.^^
Durant ces trois mois, j'ai commencé beaucoup de livres, mais n'en ai terminée que 7. Un chiffre tout petit pour trois longs mois (d'où l'article combiné aussi)... 3 en février, 1 en mars et 3 en avril.

Étant donné le nombre de films et séries visionnés, je préfère revenir dans un, sinon deux autres articles concernant ces domaines en particulier, afin de ne pas faire un bilan à rallonge. Attendez-vous donc à un ou deux petits articles dans les jours qui suivent. On y parlera notamment de La La Land, VianaLes Figures de l'ombre, Les animaux fantastiques, Tous en scènes, Assassin's Creed, et des séries Westworld, Stranger things, Santa clarita diet et How to get away with murder.

LECTURES


 
Another story of bad boys de Mathilde Aloha est une romance qui se démarque peu, mais qui happe le lecteur et le rend accro avec une romance addictive et des personnages appréciables même si peu développés. (Retrouvez ma chronique complète ici.)


 
L'envoyé de Pierre Masot est une petite nouvelle que j'ai bien apprécié. Malgré la longueur, on s'attache quelque peu aux personnages prêts à tout pour ceux qu'ils aiment. J'ai aimé l'idée, et du coup c'était beaucoup trop court, j'aurais apprécié en lire plus... (Ma chronique complète juste !)





 
#Famous de Jilly Gagnon a été une bonne lecture. Quelques petits défauts sont à noter au niveau des personnages ou de l'histoire, mais rien de très dérangeant comme j'ai pu le lire dans beaucoup d'avis.




Et si... de Rebecca Donovan, m'a laissée mitigée une petite partie du roman. Et puis j'ai succombé, aux personnes surtout. Et j'en suis ressortie très satisfaite, heureuse et triste...






C'est une évidence, cinquième tome de Lux (Opposition) de J. L. Armentrout, cinquième gros coup de cœur. Encore un tome incroyable, qui fait passer par toutes les émotions... Une fin grandiose pour cette merveilleuse saga.





Très bon moment avec Before I Fall de Lauren Oliver. Une leçon de vie qui pousse à la réflexion sur la mort mais aussi sur la vie, sur soi et sur les autres. Un récit qui m'aura envoutée et touchée, avec une héroïne qui prouve que si l'on a la volonté d'agir correctement et de changer, il n'est jamais trop tard. (Ma chronique ici.)



Inhumanitas de Marie-Béatrice Ledent a été une lecture touchante, avec des personnages appréciables, et qui pousse à réfléchir de par la justice inhumaine qu'elle dépeint...
 
 
 
 
ACQUISITIONS
Niveau acquisition, c'est une catastrophe... Il faut qu'il y a eu une vente privée très alléchante (Hugo roman) et que pour mon anniv, j'ai eu pas mal de bouquins... et après j'ai eu des envies de classiques de la littérature...
En comptant le tout, ça fait 25 livres et 2 albums... ma PAL en a pris un énorme coup !
 


Vente privée :

 
 
Anniversaire :
 



Partenariats numérique :

    



Et de votre côté ça donne quoi ces derniers mois ? De belles lectures et acquisitions ? :)