Dernières chroniques

 
https://unefilledanslesetoiles.blogspot.fr/2017/05/another-story-of-bad-boys-mathilde-aloha.html https://unefilledanslesetoiles.blogspot.fr/2017/04/inhumanitas-marie-beatrice-ledent.html Résultat de recherche d'images pour "everything everything nicola yoon" http://unefilledanslesetoiles.blogspot.fr/2017/03/did-i-mention-i-love-you-dimily-1.html http://unefilledanslesetoiles.blogspot.fr/2017/02/lenvoye-pierre-masot.html
 

samedi 13 mai 2017

Another story of bad boys - Mathilde Aloha




Another story of bad boys, episode 1
de Mathilde Aloha,
paru aux éditions Hachette Jeunesse
le 25 janvier 2017
au prix de 18 
 Ma note livraddict: 16/20






 
QUATRIÈME DE COUVERTURE
Je ne dois pas penser à Rosie.
Je ne dois pas penser à l'accident ni à l'hôpital.
Je dois penser à mes études, à ma première année dans cette université, à ma vie avec mes colocataires.
Quoique... est-il bien raisonnable de penser à eux ?
Evan, si accueillant, et Cameron, si froid et méfiant. Que me cachent-ils ?
Une simple rivalité masculine ou une sombre histoire de bad boys ?
Et faut-il vraiment s'en soucier, quand cela vient réveiller des sentiments et un passé à la fois si sombre et trop proche ?


MON AVIS 
Aujourd'hui, c'est pour parler romance que je vous retrouve, avec Another story of bad boys cette fois. Vous l'avez surement déjà vu puisqu'il fait le tour des blogs depuis sa parution.
 
Au départ, Another story of bad boys ne me tentait pas vraiment. J'avais un gros problème avec le titre, et le tout qui annonçait une histoire clichée, d'amour douloureux sinon noir... Seulement, après avoir parcouru un peu le web, j'en ai vu beaucoup de très bons avis, et de personnes dont les genres de prédilection sont différents. Du coup j'ai craqué pour mon anniversaire. J'avais terriblement envie d'une romance et la nationalité française de l’auteure m'a peut-être aussi aidé. J’avais bien envie de découvrir ce que cette jeune auteure avait pu concocter en 600 pages qui avait été tant apprécié (ou moins).

Comme je m'y attendais, l'histoire comporte des déjà-vus et certains clichés, mais qui ne m'ont pas beaucoup dérangée. En fait, les pages défilent toutes seules malgré les clichés et l'histoire pas non plus folichonne. C'est d'un tel addictif qu'on ne peut que le dévorer, et je l'ai lu en 2-3 jours seulement, alors que j'ai bien du mal à finir des livres depuis un moment.
Donc bien qu'il présente nombre de déjà-vus, j'étais trop accro pour ne passer un bon moment. Et puis plus l'histoire me happait, plus je passais outre. J'oubliais aussi, pas complètement, les aspects assez peu réalistes du livre, notamment avec cette histoire d'erreur administrative, entre le 1er et le 2nd prénom. Assez improbable, et pourtant je ne me suis pas vraiment arrêtée dessus. J'ai eu un peu plus de mal en ce qui concerne la facilité qu’a Lili à rencontrer des gens et à se faire des amis. Il suffit qu’elle croise quelqu’un en se baladant dans la rue, et hop ! ils se filent leur numéro et se donnent rendez-vous ! Ces petites rencontres m’ont paru très peu probables, et m’ont fait lever les yeux au ciel.

Concernant l’héroïne, Lili, c’est une jeune femme tout ce qu'il y a de plus normal, exception faite du passé assez turbulent qu'elle tente de cacher. On l'apprend/le comprend très rapidement, et moi qui aime être surprise, j'émets un petit bémol sur ce point, même si finalement, au fil de ma lecture, ça ne m’a pas dérangée plus que cela. Je l’ai trouvé attachante et émouvante, d’autant plus devant son passé et sa douleur. On apprend petit à petit à la connaître, à partager ses sentiments.

Quant aux autres personnages, c'est sans surprise que je suis tombée sous le charme des garçons. D'un côté Evan qui est attachant, attentionné, toujours présent, à veiller comme un grand frère, et de l'autre Cameron, sexy et mystérieux, qui se révèle aussi froid par moment qu'adorable à d'autres (moins sympathique que le Cameron de Jeu de patience, mais tout aussi sexy !). Deux personnages assez peu originaux vous me direz, et qui restent peut-être un peu trop en surface dans ce premier tome. En espérant que l'on en apprenne plus dans le second ! Les autres garçons, et Grace, sont également assez peu approfondis, mais ils ne sont que des personnages secondaires, bien qu'ils apparaissent assez souvent. À défaut d'être vraiment travaillés, j'ai tout de même aimé les passages où ils se retrouvent tous ensemble, à partager un bon moment de rires et de chamailleries.

Bien évidemment, on va suivre la relation entre Liliana et Cameron, assez houleuse de part le comportement parfois bipolaire de Monsieur. J'attendais chaque face à face avec grande impatience, et mon cœur en prenait souvent un petit coup, soit blessé soit joyeux.
C'était sympa d'être dans la tête de Lili et de voir leur relation évoluer. Et c'était également top de découvrir quelques chapitres du point de vue de Cameron, de savoir et de comprendre ce qui lui passait par la tête.
À ce propos, j'ai bien aimé le côté interactif du roman, avec des chapitres bonus disponibles sur Shazam (notamment le premier chapitre du deuxième tome !). Par contre, il n'y en avait pas assez, j'avais un goût de trop peu dans la bouche...
En 600 pages, il ne s'est finalement pas passé grand-chose, mais ces dernières se tournaient toutes seules, et c'était vraiment addictif et prenant.

Une romance qui se démarque peu, mais qui happe le lecteur et le rend accro avec une romance addictive et des personnages appréciables même si peu développés.


EXTRAITS
Quelques minutes plus tard, une voix tranchante me fait sursauter :
— Je t’ai cherchée partout !
Grace est dressée devant moi.
— J’avais besoin d’être seule.
— D’être seule ? Pour faire quoi ?
— Pour parler avec ma licorne ! je lâche sur le ton de l’ironie.

Elle sourit.

— T’as pas de licorne. Sinon la mienne ne serait pas toute seule en train de brouter dans l’herbe.

***
C'est à ce moment-là que Cameron relève la tête et qu’il remarque enfin ma présence. Je lui fais un petit sourire, m’attendant à ce qu’il fasse de même, mais l’expression fermée de son visage est bien loin de ressembler à un sourire. Je ne comprends pas ce qui lui arrive. Est-ce que ça le gêne tant que ça que je traîne avec Enzo ? Parce que, si c’est le cas, il va devoir s’y faire et apprendre à partager ses amis.
***
Est-il bipolaire ou extrêmement lunatique ? Je ne vois pas d’autre explication possible pour justifier ses changements soudains de comportement. Ça me dépasse totalement. Je tourne la tête et l’aperçois de dos, toujours assis sur le canapé, son téléphone désormais à la main. Et si j’allais m’asseoir près de lui ? La soirée se déroule plutôt pas mal pour le moment, je dois en profiter. Peut-être que les choses changeront entre nous pour le mieux après ce soir ? Et après tout, la vaisselle peut attendre. Je commence à avancer vers le canapé en souriant, heureuse, mais avant même que j’arrive à sa hauteur, il se lève et porte son téléphone à l’oreille.
***
Tant que je suis pas bourré, tu touches pas à ma Batmobile.

 

mercredi 3 mai 2017

Before I fall - Lauren Oliver




 

Before I fall / Le dernier jour de ma vie
de Lauren Oliver,
paru aux éditions Hachette Jeunesse 
dans leur collection Black Moon
le 12 avril 2011 (réédition le 29 mars 2017)
au prix de 18 

 Ma note livraddict: 19/20






 
QUATRIÈME DE COUVERTURE 
Samantha Kingstone a tout pour elle : le petit copain le plus craquant du monde, trois meilleures amies géniales, et une côte de popularité illimitée. 
Ce vendredi de février aurait dû être un jour parfait dans une vie parfaite. Pourtant ce vendredi de février est le dernier pour Sam. Ou le premier ?


MON AVIS
J'avais déjà vu ce livre plusieurs fois, sans jamais m'y intéresser malgré qu'il s'agisse d'un bébé de Lauren Oliver, auteur de la saga Delirium. Ce n'est que lorsque j'ai découvert qu'il allait être adapté en film, que je me suis penchée dessus. La bande annonce a achevé de me convaincre à le lire, même si en la regardant je me suis spoilée quelques petites choses... La couverture originale ne me bottait pas du tout, alors j'ai profité de sa ré-édition pour sauter le pas. Et finalement, c'est un petit coup de cœur !
 
On suit Sam, lycéenne populaire, superficielle et égocentrique, hautaine et j'en passe. L'archétype du personnage détestable. Elle est au sommet de l'échelle sociale, prend tout le monde de haut et n'hésite pas à en jouer pour profiter de tous et les rabaisser. Ses camarades lui obéissent au doigt et à l'œil et en ont peur. Pendant une bonne partie du roman, je n'ai donc pas pu la voir en peinture. J'avais sans cesse envie de la remettre à sa place, mais j'ai aimé la détester. Heureusement pour nous, tout repose sur son changement presque radical face à ce qu'elle traverse. Sa perception du monde qui l'entoure change en même temps que le regard que l'on porte sur elle. Elle se rend compte que tout ça n'est que superficialité et façade, et ouvre enfin les yeux. On découvre quelle jeune fille elle est réellement sous toutes ces couches, une lycéenne très attachant et agréable... un personnage que j'ai alors adoré apprécier.
 
Avec notre protagoniste, nous trouvons toujours ses trois acolytes: Lindsay, Elody et Ally. À défaut d'être confrontées à ce que Sam vit, elles restent les mêmes personnes imbuvables du début à la fin. Mais à travers les yeux de Sam, qui avoue leurs défauts et leur trouve des qualités, on apprend un peu et petit à petit à les apprécier pour ce qu'elles sont. Malgré la superficialité qui transparaît (aux premiers abords leur amitié a l'air d'une façade qui peut partir en fumée en une demi-seconde), elles sont très bonnes amies, ensemble pour la vie et même après. Lorsque Sam commence à avoir des réactions bizarres, elles le lui font remarquer mais elles l'acceptent. Et j'ai apprécié retrouver une amitié forte au sein de ce groupe.
 
Le petit ami de notre protagoniste, Rob, n'est qu'un idiot à l'ego surdimensionné (bien loin de nos books boyfriends adorés trop sûrs d'eux) qui ne pense qu'à son nombril et ne fait pas attention aux autres. C'est un petit ami et un camarade de pacotille... Il n'a rien pour lui, et on apprend encore plus à le déprécier au travers de Sam, qui ouvre enfin les yeux sur son vrai visage.
 
Après, il y a Kent, l'associable aux chaussures à damier noir. J'ai beaucoup aimé son personnage, même s'il est trop passif et se laisse marcher sur les pieds. Il est adorable, loyal, juste, vrai et toujours présent en cas de besoin. C'est probablement le personnage le plus attachant du récit, ce dès le départ.
 
Les personnages secondaires sont encore nombreux, entre sa famille (mère, père, petite-sœur), ses camarades de lycée (Juliet, Anna, Alex...). Ils sont pas mal présents et je les ai trouvés bien construits. J'ai particulièrement apprécié sa petite sœur Izzy, qui est adorable et a la joie de vivre.
 
Sans pouvoir en dire davantage, j'ai beaucoup aimé l'idée de l'auteure. La façon dont Sam reçoit ses sept précieuses chances de faire la différence. De par la trame de l'histoire, il aurait été naturel que Lauren Oliver tombe dans la redondance, mais force est de constater qu'elle réussi un tour de maître en innovant à chaque chapitre et en ne perdant pas une seule fois le lecteur dans l'ennui. À chaque chapitre, c'est un nouveau départ pour Sam. Et chaque départ s'accompagne de nouvelles surprises, de nouveaux choix,  de nouvelles découvertes... L'auteure a parfaitement bien réussi à organiser son plan de façon à ne jamais tomber dans la répétition et tient ainsi le lecteur en haleine du début à la fin.
 
Le roman traite de sujets lourds comme le harcèlement, et fait passer un message important. Il fait réfléchir sur sa personne, sur celles des autres, sur l'impact et les conséquences que peuvent avoir nos gestes, nos choix et réflexions, sur la vie mais aussi sur la mort, sur l'importance de faire les bons choix. Il n'est jamais trop tard, pour se changer, ou pour changer les autres.
 
En parallèle à ces sujets graves et importants, on a affaire à une romance assez légère. J'ai apprécié chaque petit moment partagés entre nos deux protagonistes et j'aurai parfois voulu secouer Sam. La romantique que je suis aurait voulu en lire davantage mais là n'était pas le sujet principal du roman...
 
J'ai aimé être bousculée dans tous les sens et n'être finalement sûre de rien. À la fin, j'avais une question existentielle en tête [spoiler] Quelle fin va réellement être la sienne ? Rien ne dit que cela sera la dernière, lorsqu'elle se sacrifie, ou bien la première. [spoiler]. Mais surtout, j'avais le cœur lourd. De par l'acte e Sam. De par son changement. De par sa fin, et la fin, si belle. J'avais un goût amer dans la bouche et j'en voulais plus. Je regrettais d'avoir tourné la dernière page et de devoir laisser cette histoire et ses personnages derrière moi. Maintenant, je n'ai qu'une hâte: découvrir l'adaptation !
 
Une leçon de vie qui pousse à la réflexion sur la mort mais aussi sur la vie, sur soi et sur les autres. Un récit qui m'aura envoutée et touchée, avec une héroïne qui prouve que si l'on a la volonté d'agir correctement et de changer, il n'est jamais trop tard.

 
EXTRAITS
- J'ai lu quelque part que le simple battement d'ailes d'un papillon en Thaïlande peut provoquer un ouragan à New-York.
- Ouais, et un de tes pets pourrait déclencher une panne de courant au Portugal, réplique Elody en lui jetant une frite à son tour.
-Ton haleine au réveil pourrait causer un raz-de-marée en Afrique, poursuit Ally. Et je ne pète pas.
***
J'ai un autre conseil à vous donner : l'espoir fait vivre. Même quand on est mort, c'est la seule chose qui maintient en vie.
***
Peut-être que vous pouvez vous permettre d'attendre. Peut-être que pour vous il y a un lendemain. Peut-être que pour vous il y en a mille, trois mille ou dix mille, tant que vous avez le luxe de vous y prélasser, de vous rouler dedans, de les laisser filer telles des pièces de monnaie entre vos doigts.
Tellement de temps que vous pouvez le gâcher.
Mais pour certains d'entre nous, il n'y a qu'aujourd'hui. Et si vous voulez la vérité, on ne sait jamais à l'avance dans quelle catégorie on se range.
***
Tous les au revoir se réduisent sans doute à ça, à sauter d'une falaise. Franchir le pas est le plus dur. Une fois dans les airs, il n'y a plus rien à faire que s'abandonner.

 


 

lundi 1 mai 2017

[C'est lundi, que lisez-vous ? #41]


C'est lundi, que lisez-vous ? est un rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books et qui est repris sur le blog de Galleane.
 
Chaque lundi, on doit répondre à trois petites questions:

1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?

Ma lecture de la semaine précédente:


 
J'ai terminé Before I fall lundi dernier, et ça a été un petit coup de cœur ! Il m'a envoutée et touchée, fait réfléchir sur la mort, sur la vie, sur soi et sur les autres.



 
Ma lecture en cours :



J'ai à peine commencé Remember Yesterday de Pintip Dunn (suite de Forget Tomorrow) et j'ai beau déjà adorer, je vais sûrement passer à Une place pour l'espoir qui est un partenariat que je dois lire depuis un moment !




Ma prochaine lecture:

 
Couverture : Treize Raisons
 
Après avoir terminé Une place pour l'espoir, je reprendrai Remember Yesterday puis je passerai à 13 reasons why !



Et votre semaine ? Vous avez-lu certains de ces titres ? :)
 

lundi 24 avril 2017

Inhumanitas - Marie-Béatrice Ledent


 
 
 

Inhumanitas
de Marie-Béatrice Ledent,
paru au prix de 2,99 € (eBook)

Ma note livraddict: 16/20
 

 
 
 

SYNOPSIS
Henry, un petit garçon de sept ans, est très gravement malade. Pour donner à son fils une chance de vivre, l'Agent Fédéral Eric Daniels va devoir changer l’inacceptable. Si la Loi se dresse déjà en travers de sa route, c’est sans compter sur un étrange secret qui refait surface en même temps qu’un nom : Blake Nelson.
Doit-on obéir aveuglément aux règles ? Faut-il laisser la Justice exécuter sa sentence tout en sachant qu’elle condamnera à mort un petit garçon ? Jusqu'où peut-on aller quand la vie de son enfant est en jeu ?
 
MON AVIS
Je tiens tout d'abord à remercier l'auteure pour ce partenariat et sa confiance.
Depuis un moment, j'éprouve un peu le besoin de sortir de ma zone de confort livresque. Il est vrai que je me cantonne très souvent aux mêmes genres, et j'ai l'envie d'en explorer de nouveaux. Ainsi, la proposition de l'auteure tombait à pic ! Par ailleurs, le synopsis m'intriguait beaucoup et il s'agit d'un thriller psychologique (ce qui m'a rassurée, par que je n'apprécie pas plus que ça les thrillers).
Ainsi, j'ai commencé ma lecture en me demandant bien à quoi le synopsis allait aboutir. Et j'ai été agréablement surprise du résultat, il va sans dire !

Nous suivons Eric, mari et père d'un petit Henry, que la mort va arracher à ses parents s'il ne reçoit pas une greffe de moelle osseuse très rapidement. Problème critique, aucun des parents ni membre de l'entourage n'est compatible. Pire, aucun donneur viable n'a été trouvé. La lutte d'Eric va démarrer lorsqu'une opportunité, une erreur, se présentera à lui. Prêt à tout pour son enfant (il est aidé par sa fonction au sein du FBI et ses compétences), il m'a touchée. J'ai approuvé chacune de ces décisions, même si j'aurai parfois aimé qu'il soit plus prudent et prévenant. Les décisions qu'il doit prendre ne sont pas choses aisées, mais il pense à sa famille, avant tout. On peut y voir de l'égoïsme à l'état pur. Quelles conséquences désastreuses vont entraîner ses actions ? Moi j'y ai vu un père aimant et brisé par les évènements qui touchent sa famille, son bonheur. Déchiré entre le devoir familial et le devoir citoyen.

Henry, est un jeune garçon mature, mais surtout très fort pour son âge. Il accepte la situation sans vraiment broncher. Il se fiche en quelque sorte de son sort mais ne fait que penser à sa famille et ses proches, qui vont alors souffrir de sa perte. À travers son personnage, il montre que les enfants sont les plus courageux des malades.
Mme Daniels est également assez présente dans le récit. Femme d'Eric, mère d'Henry, elle interviendra également dans la lutte, à moindre conséquence cela dit. Un deuxième personnage déchiré par la catastrophe familiale qui ne peut que nous toucher.
Ensuite, Blake Nelson est un personnage récurrent, mais je ne peux absolument rien vous dire à son sujet sans vous spoiler. Sachez juste que ce n'est pas un ange et que de ce fait, j'avais une envie  furieuse de lui arracher la tête.
Les personnages secondaires se succèdent: les grands parents maternels d'Henry, le collège d'Eric et parrain d'Henry, sa femme Gisèle... Tous montre un amour inconditionnel pour le petit (hormis Gisèle, qui paraît assez étrangère à la situation).

Ce qui fait la force de l'histoire, c'est l'injuste qu'elle dépeint. On a affaire à une justice inhumaine, qui révolte autant qu'elle dégoûte. La justice injuste, ça ne date pas d'hier, mais ça retourne le cœur d'en avoir encore une preuve. Même dans ce genre de cas, elle ne fait preuve d'aucune compassion... C'est aberrant, tout simplement.
Et puis mon cœur, particulièrement fragile lorsque je l'ai lu, a flanché une ou deux fois. J'étais sacrément triste, révoltée, dégoûtée... J'avais juste envie d'aider le petit Henry et sa famille, pour laquelle je m'étais prise d'affection, et j'étais moi aussi accablée par cette catastrophe et cette justice de merde qui n'a aucune logique et qui ne porte pas bien son nom.
Parallèlement, on a affaire à un thriller donc, et j'ai aimé le jeu de piste de l'auteure, qui nous tient plutôt bien en haleine.
 
Ce roman appelle à une réflexion sur notre société, mais également sur nos propres comportements. Est-ce que l'on doit tout accepter sans broncher ? Est-ce qu'à la place d'Eric, on agirait de la même façon ? Est-ce que l'on se battrait, comme lui, en sachant qu'il y a une dernière chance, malgré qu'elle nous soit formellement interdite ? Ou est-ce que l'on baisserait les bras et obéirait aveuglément ?
On peut voir dans son comportement un être égoïste qui ne pense qu'à sa famille et qui se fichent des autres, mais moi j'y ai vu un être meurtri et qui éprouve un amour inconditionnel pour sa famille. Un papa et mari, qui m'a touchée par son amour et son courage.

Cependant, un bémol est à noter. J'ai trouvé que l'action se déroulait très rapidement, que l'histoire en elle-même fusait, que certains passages étaient trop abrégés, notamment au début. Par ailleurs, j'ai trouvé le roman trop court. J'aurai aimé qu'il dure plus...

Ainsi, ce fut une lecture touchante, avec des personnages appréciables, et qui pousse à réfléchir de par la justice inhumaine qu'elle dépeint...


EXTRAITS
Depuis l’aube de l’humanité, l’Homme a toujours dominé toutes les autres espèces grâce à son intelligence. Au fil des siècles, il a construit et fabriqué pour améliorer son confort de vie, il a fait évoluer le monde et ses habitants. Il parvient à résoudre des problèmes de plus en plus complexes pour en créer d’autres. Si, aujourd’hui, il peut marcher sur la lune et communiquer avec ses semblables instantanément à l’autre bout du monde, il lui reste encore bien des défis à surmonter. A l’instar des organisations évoluées d’insectes, l’Homme vit en société. Il a créé des règles pour le régir et chacun a son rôle à jouer. Il lui suffit de produire et d’obéir. Rien de plus ne lui est demandé. La connaissance du bien et du mal, du juste et de l’injuste, de la haine et de l’amour, sont autant de notions qui ont fondé les principes moraux de la société. Le respect, la solidarité et la compassion font de l’Homme une espèce unique parmi toute les autres. Malgré ses formidables aptitudes, l’Homme continue à subir la misère et la guerre. Il adopte des valeurs morales, fait preuve d’empathie, étudie les galaxies les plus éloignées, mais il est incapable de regarder en lui-même pour comprendre les raisons qui l’empêchent d’atteindre le bonheur et la sérénité.

[C'est lundi, que lisez-vous ? #40]

 
Bonsoir ! Après un moment d'absence (je m'en excuse), je reprends enfin le CLQLV. Je ne vous présente pas mes lectures de la semaine passée mais  celles faites précédemment (en fait, les deux ont été effectuées non la semaine dernière, mais celle d'avant).
 
C'est lundi, que lisez-vous ? est un rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? by One Person’s Journey Through a World of Books et qui est repris sur le blog de Galleane.
 
Chaque lundi, on doit répondre à trois petites questions:
1. Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3. Que vais-je lire ensuite ?
 
 
Mes lectures précédentes :
 
 
J'ai tout d'abord lu Inhumanitas de Marie-Béatrice Ledent. Un thriller psychologique que j'ai apprécié et qui fera l'objet de ma prochaine chronique.
Le jour de sa sortie, je ne l'ai pas trouvé en librairie. Deux jours après, je me suis rendue dans une deuxième librairie, pour enfin trouver mon Saint Graal ! J'ai dévoré le 5e et dernier tome de Lux le lendemain... le cœur au bord des lèvres, la banane sur le visage, les yeux embués..  Heureusement qu'il va y avoir l'histoire du point de vu de Daemon parce que je suis dépitée depuis que j'ai tourné la dernière page !
 
 
Ma lecture en cours :
 

Lors de ma semaine en Finlande, j'ai emmené Before I Fall de Lauren Oliver avec moi (reçu juste avant). J'ai peu avancé là-bas, mais depuis je l'ai bien entamé. Et pour le moment, j'aime vraiment bien ma lecture !



 
Ma prochaine lecture:
 
 Couverture : Treize Raisons


Il s'agira à coup sûr d'une de ces deux lectures : 13 reasons why ou Remember Yesterday (un 2e tome).
 
 
 
 
Et votre semaine ? Quoi de beau ? Avez-vous lu certains de ces titres ? :)


vendredi 31 mars 2017

Everything, Everything - Nicola Yoon



  

Everything, Everything de Nicola Yoon, traduit de l'anglais par Eric Chevreau et paru aux éditions Bayard dans leur collection Jeunesse le 6 avril 2016 au prix de 16,90 
 Ma note livraddict: 14/20

 
SYNOPSIS
Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors. Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois. Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.

MON AVIS
Avec la sortie du film qui approche, je me suis bottée les fesses pour écrire cette chronique (l'article attend depuis un moment). En fait, si je l'ai tant laissée traîner, c'est parce que j'ai du mal à mettre ma pensée par écrit.
J'ai découvert ce roman peu de temps après sa sortie vo, et je suis tombée amoureuse de la couverture et du synopsis. Du coup, quelle ne fut pas ma joie lorsque j'ai appris sa parution chez Bayard, et que la couverture originale avait même été reprise ! Malheureusement, l'enthousiasme est retombé en le commençant, et il m'a donné du fil à retordre...
J'ai lu beaucoup d'avis de lecteurs qui avaient été incroyablement conquis, pour qui ce livre était un bijou à découvrir de toute urgence (j'ai moi même une amie qui l'a vécu ainsi). Ce que je peux vous dire, c'est que ce n'est pas mon cas et que je suis très partagée à son propos.

J'ai l'ai trouvé très lent à démarrer et j'ai eu beaucoup de mal pendant une bonne centaine de page. Bien que je sois rentrée dans l'histoire par la suite et que le rythme se soit amélioré, l'histoire ne m'a pas vraiment convaincue. Elle était toujours assez lente et ennuyante, en manque d'action et de dynamisme, mais en même temps bien trop rapide en ce qui concerne la relation entre nos deux protagonistes, qui s'échangent quelques messages et se voient un peu. La romance qui évolue entre eux reste néanmoins adorable et touchante.

En fait, ça m'a également dérangée parce que finalement, on en apprend peu sur eux. Je les ai aimé un tant soit peu, ils étaient sympathiques et agréables, et il est vrai que j'ai apprécié leur personnalité et ce que l'on apprend sur eux, surtour Olly (j'ai eu un peu plus de mal avec Maddy). Cependant, je les ai trouvé trop peu développé à travers leurs quelques échanges. Je n'avais pas eu l'impression de les connaître et de m'être rapprochée d'eux comme je peux l'être d'autres personnages.
J'ai apprécié Maddy par sa force et sa joie de vivre. On est vite plongé dans son quotidien, elle semble avoir accepté sa condition d'enfant bulle et très bien le vivre. Elle n'est pas malheureuse, loin de là, et occupe son temps à lire des romans et à les chroniquer. J'ai davantage aimé Olly, personnage amusant, frais et sarcastique qui a sa part de secret sombre et qui apporte pas mal de légèreté et d'humour à l'histoire.

Ce qui m'a sûrement le plus entraîné dans l'histoire et plu, c'est le sujet abordé et plutôt bien maîtrisé : celui de la maladie de l'enfant-bulle. C'était vraiment intéressant d'en apprendre davantage et de suivre Maddy au quotidien face à cette maladie encombrante, de la découvrir à travers ses yeux.

Par la suite, je n'ai pas du tout aimé la tournure que prend l'histoire. Je ne peux vous en révéler le contenu sans vous spoiler, mais j'ai été déçue par le choix de l'auteure. Le retournement de situation est présent et plutôt choquant (bien que l'on puisse aisément le deviner avant), mais c'est comme si tout pouvait se régler en un claquement de doigt. J'ai eu l'impression de me retrouver face à une fin bâclée, notamment au vu de l'enchaînent assez rapide des évènements - cela rend cependant l'histoire davantage prenante.
Pour ne rien arranger, des éléments assez irréalistes et incohérents surviennent au fil de la lecture et m'ont parfois un peu déstabilisée, rendant la lecture plus pénible.


Au final, je dresse un tableau plus déplaisant que positif de ce livre, mais je n'ai pas passé un mauvais moment en sa compagnie. Seulement, il a été loin d'être aussi agréable que je l'espérais.
 
Everything, Everything fut une lecture quelque peu décevante. Je n'ai pas été convaincue par l'histoire, très lente à démarrer, apprécié tous les choix de l'auteure et été vraiment touchée par ses personnages.
 
 
EXTRAITS
- Tu portes des chaussures aujourd'hui, constate-t-il.
Il est du genre observateur, du genre à remarquer si vous avez bougé un tableau ou ajouté un vase dans le salon.
Je baisse les yeux vers mes chaussures.
- J'en ai neuf paires excatement pareilles.
- Et tu critiques mes choix vestimentaires ?
- Tu ne portes que du noir. Ça te donne un look sépulcral.
- Il me faudrait un dictionnaire pour discuter avec toi.
- Qui est propre ou se rapporte à un sépulcre.
- Pas très éclairante, comme définition.
- Pour faire simple, tu es l'ange de la mort.
Il grimace.
- C'est la faux qui m'a trahi, hein ? Moi qui croyais l'avoir bien cachée...
***
J'observe de nouveau ses yeux et j'y perçois mon reflet. Je lui demande :
- Qu'est-ce que tu vois ?
- Eh bien, d'abord tes tâches de rousseur.
- C'est une obsession !
- Possible. On dirait qu'on a saupoudré du chocolat sur ton nez et tes joues
Son regard voyage jusqu'à mes lèvres, puis revient se poser sur mes yeux.
- Tes lèvres sont roses. Elles sont encore plus roses quand tu les mordilles. Et tu les mordilles surtout quand tu es sur le point de me contredire. Tu devrais faire ça moins souvent. Me contredire, pas te mordiller les lèvres ; ça, c'est adorable.