Dernières chroniques


http://unefilledanslesetoiles.blogspot.com/2018/10/adopted-love-tome-1-gaia-alexia.htmlhttp://unefilledanslesetoiles.blogspot.com/2018/09/je-ne-te-hais-plus-du-tout-lovely.html
http://unefilledanslesetoiles.blogspot.com/2018/04/trois-de-tes-secrets-julie-buxbaum.htmlCouverture du livre : Lovely Vicious, Tome 2 : Forget Me Alwayshttp://unefilledanslesetoiles.blogspot.fr/2018/02/mini-chronique-la-bulle-tifenn-chiquello.html 



mardi 30 octobre 2018

Adopted love, tome 1 - Gaïa Alexia

Couverture du livre : Adopted Love, Tome 1



 

Adopted love, tome 1
de Gaïa Alexia,

paru aux éditions Hugo Roman

dans leur collection New Romance Poche
le 12 octobre 2017
au prix de 7,60 
Ma note livraddict: 16/20


QUATRIÈME DE COUVERTURE
Orphelin, Teagan erre depuis son plus jeune âge de foyers en familles d’accueil. 
Bad boy écorché par la vie, la justice le rattrape à l’aube de ses 18 ans. La sentence ? Un an de conditionnelle durant lequel il devra se tenir à carreau s’il ne veut pas finir en prison.
Il ne lui reste qu’une chance de se remettre dans le droit chemin et c’est dans une ultime famille d’accueil qu’elle va se jouer. Mais la rencontre avec Elena, la fille aînée de la famille risque de compliquer les choses.

MON AVIS
Ce titre ne m'a pas de suite attirée, mais lorsque je m'y suis intéressé, les nombreuses éloges que j'ai pu trouver m'ont vraiment tentée ! Et je ne peux pas dire que je regrette d'avoir donné sa chance à cette romance.
Adopted love à l'air d'être une énième romance sur un bad boy brisé, ballotté de foyers en familles d'accueils - dans un sens, elle l'est un peu, évidemment -, mais l'auteure nous offre une histoire très développée et profonde.

Teagan incarne l'image du bad boy par excellence: violent, colérique, renfermé comme une huitre, look atypique, et casier long comme le bras…
Après avoir encore été attrapé par la police pour vol et à l'aube de ses 18ans, il n'a d'autre choix que de passer un an dans une famille d'accueil pour échapper à la prison.
C'est alors qu'il rencontre Elena, aussi peu bavarde et aussi froide que lui. Deux tempérament de feu ensemble, ça ne fait pas bon ménage… Du moins au départ !

Teagan, malgré les apparences, est un gentil garçon et il facile de s'attacher à lui. Probablement aussi dû à son histoire, qui facilite la compréhension de son comportement si agressif. Tout s'explique petit à petit, et la vérité est encore plus horrible et émouvante qu'il n'y paraît. Il a beau jouer les durs, repousser tout le monde et ne rien laisser paraître, il est vulnérable et c'est ce qui le rend si attachant.

C'est la même chose du côté d'Elena. Parfois un vraie tête à claque, pourtant son histoire m'a profondément touchée, à tel point que je ne pouvais plus rien lui reprocher. Non pas que je la comprenais, mais je ne pouvais pas lui reprocher ses réactions face à l'atrocité qu'elle a vécue seule, cachée aux yeux de tous.
Ils font de leur mieux pour avancer, mais tourner la page sur son passé s'avère être bien difficile pour nos deux torturés.

Les personnages secondaires constituent un véritable point fort ! Autant le père d'Elena, avec qui Teagan va entretenir une relation difficile mais finalement assez fusionnelle, que Natalie, l'assistante sociale - et tellement plus encore - qui s'occupe de Teagan depuis toujours, et les autres membres de la famille. Je les ai vraiment adorés de par leur comportement, et la relation qu'ils entretiennent chacun avec Teag m'a beaucoup touchée.

La relation Teag/Elena est vraiment plaisante à suivre. Ils appartiennent à deux mondes bien différents, mais souffrent tous les deux (bien que pas de la même manière). La carapace qu'ils ont forgée pour se protéger va s'effriter en même temps que l'évolution de leur relation. Celle-ci restera explosive du début à la fin: provocations, accès de rage et non-dits rythment leur quotidien. L'attraction entre eux est immédiate, mais on découvre au fil des pages un amour qui se développe profondément. Ils vont s'apaiser l'un l'autre, se retenir et se faire du bien.

La plume est fluide (bien que je déplore certaines descriptions trop lourdes) et j'ai aussi beaucoup apprécié découvrir cette histoire du point de vue de Teagan, même si le langage se fait d'autant plus familier. Un point de vue masculin comme on en trouve peu, une bonne bouffée d'air frais. Petit point fort encore pour le savoir et les recherches vraisemblables de l'auteure sur tout ce qui est adoption et familles d'accueils de l'autre côté de l'océan.
Après cette fin horrible qui nous laisse sur un cliffhanger explosif, difficile de résister à l'envie de se ruer en librairie pour se jeter sur la suite. C'est d'ailleurs pourquoi je n'ai pas attendue et me suis immédiatement procuré le second tome !

Un premier tome agréable où l'on suit des personnages attachants et touchants. Une romance plaisante entre deux être meurtris, aux passés bien chargés, qui s'apaisent réciproquement. Une bonne surprise !

EXTRAITS
Je retrouve ma lionne qui me tend une chemise bleu clair.
- Pour aller avec tes yeux, me dit-elle.
J'en lâche un rire. Quelle connerie ! Elle se marre aussi.
- Blanc alors ? ajoute-t-elle.
Pour aller avec quoi ? Mes dents ?
***
Sa joue se pose sur mon torse, ma main finit dans ses cheveux que je caresse doucement. Peut-être que c'est juste ça être amoureux: n'être jamais sûr de rien, flipper pour un oui ou un non, essayer de lire dans des regards et avoir un besoin insatiable de l'autre. Je crois que n'ai pas le choix. Sans le vouloir, la lionne dicte sa loi: être sans elle, une torture, être avec elle, une torture aussi. Alors autant être avec elle, quitte à en chier.
***
Je me casse et laisse ma lionne en souffrance dans son antre. J'aimerai pouvoir lui parler plus, elle en ferait peut-être autant. Parce que plus je la vois, plus je me rends compte que de nous deux, celui qui parle le moins, c'est elle. Rien ne sort, jamais.
***
- Tu fais vraiment chier ! Tu lui écrivais sur un papier et on était tranquilles. Non, au lieu de ça, tu fais ton insolent de merde et tu provoques la prof la plus reloue de tout le lycée. Maintenant, on va passer nos soirées en retenue, bravo ! C'est du Teagan tout craché, ça. Monsieur le rebelle pas foutu de dire qu'il ne parle pas…
***
Avec elle, quand je pense tout contrôler, le lapin que je suis se retrouve toujours coincé entre les griffes du félin: je suis prêt à lui donner ce qu'elle demande et à prendre le peu qu'elle me donnera.

mercredi 19 septembre 2018

Je ne te hais... plus du tout [Lovely Vicious #3] - Sara Wolf



Lovely Vicious, tome 3: Je ne te hais… plus du tout de Sara Wolf, traduit de l'anglais par Alexandra Maillard
et paru aux éditions Pocket Jeunesse
dans leur collection 15 ans et +,
le 15 mars 2018
au prix de 16,90
Ma note livraddict: 18/20

QUATRIÈME DE COUVERTURE

Isis Blake n'est plus tombée amoureuse depuis trois ans, quarante-trois semaines et deux jours.
Enfin... il se pourrait que si, mais elle ne l'avouerait sous aucun prétexte. Il se pourrait aussi qu'il y ait un trou béant dans son cœur, un trou d'à peu près la taille de Jack Hunter.
Déterminée à combler ce vide, c'est avec un grand sourire qu'elle débarque à l'université pour débuter sa nouvelle vie.
Mais lorsqu'elle aperçoit Sans-Nom, celui qui l'a meurtrie à jamais, son sourire s'efface aussitôt...

MON AVIS 
À la fin du second tome, l'auteure nous refait le coup du lâcher de boulet comme dans le premier, mettant ma patience à rude épreuve. Ayant adoré les deux précédents, j'attendais beaucoup de cette suite sans pour autant craindre d'être déçue. Et ma confiance a été hautement récompensée ! Cette suite et  - malheureusement - fin m'a comblée plus encore que je ne l'espérais.

Après avoir découvert plus en profondeur le passé de Jack dans le deuxième tome, c'est au tour d'Isis de passer à la casserole pour nous révéler ses petites secrets. Et enfin on peut lever complètement le voile sur son passé mystère (pas si mystérieux, nous en avons notamment déjà eu un aperçu dans les tomes précédents) !

Dans ce dernier tome, Isis entre à l'université. Loin de Kayla, ses amis, sa mère… et Jack, qui a fuit après le drame qui leur est tombé dessus. Elle se retrouve sans aucune nouvelle de sa part, seule face à ses sentiments pour lui, et son passé qui semble constamment vouloir lui sauter en plein visage. 
Lorsque les choses commencent enfin à avancer pour elle, la voilà qui se retrouve prise au piège d'un passé qui refait surface avec l'apparition d'un nouveau personnage. Celui-ci vient vraiment pimenter l'histoire de ce troisième tome, en en devenant une intrigue principale. Sur fond d'enquête, Isis va découvrir ce qui fait de l'université un endroit absolument génial, et parfois terrible...

Cela va sans dire, j'ai adoré retrouver Isis et Jack ! C'est un duo de choc qui m'a fait de l'effet dès les premières pages (rendant la séparation d'autant plus dramatique, vous vous en doutez) ! Isis est une héroïne parmi mes préférées. Un petit bout de femme pétillant aux remarques mordantes et aux piques acidulées. Et quel bonheur de les retrouver, sa langue bien pendue et son humour vif ! Comme précédemment, ses tirades déjantées m'ont fait rire bien plus d'une fois. Nous découvrons particulièrement son histoire dans ce tome, et c'est sans surprise que voir l'emprise que son passé détient sur elle, même après plusieurs années, m'a touché en plein cœur, d'autant plus de par la grande affection que je lui porte (Isis existe bel et bien, OKAY !?). Mon cœur s'est pincé sans arrêt, mon souffle s'est retenu à de nombreuses reprises, manquant me mettre dans tous mes états.
Le hasard faisant bien les choses, Jack va se retrouver une nouvelle fois sur la route d'Isis. On le découvre changé par ce qui lui est arrivé, mais ces retrouvailles vont lui faire un bien fou, remettant tout en question. Et on ne peut, encore et toujours, que craquer pour lui, son envie irrésistible de protéger Isis et sa peine. Si adorable, mon cœur a battu pour lui un peu plus à chaque page.

Outre ces deux personnages, quelques autres font leur apparition au fil des pages. Isis, débarquant à l'université, se fait de nouveaux amis, un nouveau cercle, de nouvelles connaissances. Parmi eux, Yvette et Diane, deux personnages que j'ai trouvé bien travaillés. Toutes deux intéressantes, autant que Kieran, même si je trouve que celui-ci aurait mérité à prendre davantage part à l'histoire. Tant les anciens que les nouveaux, l'auteure développe en profondeur ses personnages, et c'est un des nombreux points forts de cette saga.

Ce tome est celui des évolutions. Bien que nous ayons vu nos deux tourtereaux évoluer au fil des tomes, c'est dans celui-ci qu'ils vont le plus grandir. Ils vont s'apprivoiser, et faire face à leurs démons respectifs. Les confrontations sont inévitables - une en particulier que l'on attend depuis bien longtemps déjà - et vont leur permettre d'enfin vivre avec ces derniers.
Évidemment, tourner la page n'est pas sans mal. Impossible de passer outre les sentiments d'Isis et Jack tant ils sont éprouvants. Pour eux comme pour le lecteur, c'est un déluge d'émotions aussi lourd que varié.


Si vous avez lu les précédents tomes, vous n'êtes pas sans savoir que Je te hais… n'est pas une simple romance mielleuse comme on en trouve beaucoup, ni un ramassi de clichés. Elle est bien plus que cela, et ce dernier tome ne déroge pas à la règle. C'est bien sûr un pur bonheur de les voir tous les deux, à essayer tant bien que mal de recoller les morceaux de leur vie ensemble. Les moments qu'ils passent tous les deux sont ceux que j'attendais avec le plus d'impatience, et l'auteure m'a comblée de joie. Elle nous offre une relation magnifique et n'aurait pas pu faire mieux que le lien qui les unit. Elle fait de leur relation quelque chose de merveilleusement beau qui m'a réellement réchauffé le cœur.
C'est donc sans surprise que la fin, la plus juste qui soit, m'a Ô combien comblée de joie. Une fin que tous méritaient amplement, et qui m'a laissée sincèrement heureuse.

Un tome touchant qui clôture à merveille cette saga qu'il m'est difficile de laisser. Des personnages émouvants et attachants, très chers à mon cœur : leur fort caractère, leur franc-parler, leur grand cœur, Isis et sa spontanéité, son exubérance, Jack et sa douceur… Je me suis délectée de chacune de ces  aventures à leur côté. Heureusement, cette fin a réussi à adoucir la rude séparation.

EXTRAITS

— Écoute-moi bien, ma petite chérie. Ne vis que de la façon qui te rend heureuse. Si tu n'est pas heureuse, quitte ton amant. Si tu n'es pas heureuse, quitte ton boulot. Si tu n'es pas heureuse, fais tout pour l'être. Parce qu'il n'y a que toi qui puisses t'apporter le bonheur dans la vie.

***

Aucune créature vivante dotée d'un tube portatif pour faire pipi ne peut rester insensible devant quelqu'un d'aussi sexy.

***

— Regarde-la, Wren ! fait Kayla en me désignant. Je ne l'ai jamais vue aussi discrète et charmante de toute ma vit ! Elle est... elle est presque normale ! Quelque chose ne va vraiment pas !

***

J'ai les billets, dis-je en me garant sur le parking. Tu auras donc l'honorable privilège de m'offrir toute la nourriture que je veux, ce soir.
Toute la nourriture ? Femme, ton appétit couvre l'équivalent des rations mensuelles d'un pays du tiers-monde.
Ce qui fait de moi une gloutonne ou un être mauvais ?
Les deux, répond-il avant de prendre le ticket que je lui tends.
***

— Madame, fait-il d'une voix trainante. Vous avez l'appétit d'un cheval.
— Et vous, la face d'un cheval. Tout est donc pour le mieux.



vendredi 17 août 2018

[TAG #18] Le cinéma - PKJ



Bonjour ! Comment allez-vous ?
Je reviens enfin sur le blog (je vous passe les détails de ma looongue absence), et quoi de mieux qu'avec un petit tag concocté par Pocket Jeunesse ? Cela faisait un moment que je voulais le reprendre, et c'est enfin chose faite.
L'avez-vous réalisé ? Quelles ont été, ou quelles seraient vos réponses ?



Couverture du livre : Room1) Citer un livre adapté au cinéma.
Room d'Emma Donoghue. Obligée de l'aborder, parce que ce film a été une grosse claque. Je n'ai fait que chialer, parce qu'il m'a complètement bouleversée !

Et je dois encore découvrir le livre qui m'attend dans ma bibliothèque. 



2) Citer un livre que vous aimeriez voir adapté au cinéma.
Les chroniques Lunaires de Marissa Meyer, bien sûr ! Ou La Quête d'Ewilan de Pierre Bottero, ou encore Lux de J.L.A. ! Sinon, je pense que La Sélection de Kiera Cass rendrait très bien à l'écran !


3) Citer un livre que vous avez lu avant de voir son adaptation.
Pour citer l'un des plus anciens : Hunger Games de Suzanne Collins ! (J'étais bien obligée de le caser quelque part !)





4) Citer un livre que vous avez lu après avoir vu son adaptation.
J'essaie au maximum de lire les livres avant d'en visionner les adaptations, et le seul qui me vienne à l'esprit est If I stay de Gayle Forman, que j'ai vu à sa sortie mais lu cette année seulement.



5) Citer un livre dont l'adaptation au cinéma porte un autre nom que le titre du livre.
J'ai eu beaucoup de mal avec cette question (surtout que les livres vo changent parfois de titre en étant traduit), et puis j'ai pensé à la saga L'Épreuve de James Dashner dont le premier tome s'intitule Le Labyrinthe et a été repris comme titre pour la saga cinématographique entière. Sinon, en plus flagrant, il y a le roman Moi, Simon, 16 ans, homo sapiens (vo: Simon vs the homo sapiens agenda) dont l'adaptation s'appelle simplement Love, Simon.



Couverture du livre : À la croisée des mondes, Tome 1 : Les Royaumes du Nord6) Citer un livre dont l'adaptation vous a déçue. 
Couverture du livre : Divergente, tome 3 : Allégeance




Je n'ai pas été emballée par l'adaptation cinématographique qui a été faite d'À la Croisée des Mondes (sans pour autant en être déçue, peut-être parce que je l'ai vu il y a très longtemps) de Philip Pullman, je l'avoue. Pour autant, j'aurais beaucoup aimé qu'il y ait une suite ! J'aurais tout aussi pu répondre la première partie du troisième volume de Divergente de Veronica Roth, qui pour le coup a été une véritable déception (déjà au deuxième tome, l'adaptation commençait un peu à partir en cacahuète).  


7) Citer un livre dont vous avez préféré l'adaptation.
Ça n'arrive vraiment pas souvent, et en réalité, le seul dont je me souvienne est Miss Pérégrine et les enfants particuliers de Ransom Riggs. J'ai été tellement peu convaincue par le roman que je ne l'ai jamais terminé. Le film n'a pas été une excellente surprise, mais je l'ai tout de même préféré au livre.
Couverture du livre : Miss Peregrine et les enfants particuliersCela dit, j'aurais adoré répondre The 100 de Kass Morgan, dont l'exemple est beaucoup plus flagrant (les livres m'ont assez déçue, surtout le premier tome, mais j'ai plus qu'adoré la série), malheureusement il s'agit d'une adaptation sur petit écran, donc pas de cinéma !






8) Quel est le dernier film adapté d'un livre que vous avez vu.
Dernièrement, j'ai vu Darkest minds, le film adapté du roman d'Alexandra Bracken, traduit Les Insoumis en français. Malheureusement, cette adaptation a été une pure déception. J'avais vraiment aimé le premier tome de la sage, alors qu'elle ne fut pas ma déception lorsque j'ai découvert qu'il en avait été fait une romance pour pré-pubère, et pas grand chose d'autre !





9) Citer un livre qui fait des références au cinéma.
Là comme ça, rien ne vient, sinon Player one d'Ernest Cline que je n'ai pas encore lu…

mercredi 4 avril 2018

Trois de tes secrets - Julie Buxbaum



 
Trois de tes secrets de Julie Buxbaum,
traduit de l'anglais par Maud Desurvire
et paru aux éditions Pocket Jeunesse
dans leur collection 15 ans et +
le 18 janvier 2018 au prix de 17,90 €
 Ma note livraddict: 16/20


QUATRIÈME DE COUVERTURE
   Nouvelle dans un lycée huppé de Los Angeles, Jessie ne se sent pas à sa place. Alors qu’elle songe à rentrer à Chicago, elle reçoit un mail providentiel et… anonyme : un expéditeur inconnu lui prodigue de précieux conseils pour s’intégrer et éviter les pièges de Wood Valley. Jessie ignore tout de son ange gardien mais décide de lui faire confiance. Pour faire tomber le masque, elle l’incite toutefois à lui révéler trois de ses secrets…
MON AVIS
   À peine paru, et ce roman était déjà partout. Alors comme le mouton que je suis souvent parfois dans le monde du livre, j'ai écouté tous ces beaux avis, toutes ces personnes qui avaient été conquises. J'ai moi aussi voulu découvrir ces personnages, et surtout ce mystérieux Pep, qui trouvait grâce aux yeux de beaucoup de lectrices.
   C'est ainsi que le 3 février, il a rejoint ma PAL, pour y faire un court séjour de deux jours, pourtant en période bien chargée. Entre les post-it qui parsèment les pages et mon temps de lecture, il ne vous faut pas être devin pour comprendre que j'ai adoré ma lecture. Je suis très contente d'avoir écouté les avis qui défilaient par-ci par-là sur les réseaux sociaux et les blogs, car j'ai passé un très bon moment de lecture.

   Dans Trois de tes secrets, nous rencontrons l'attachante Jessie, dont le père vient de se remarier. Mais le mariage n'allant pas seul, le package comprend une nouvelle ville, une nouvelle maison, une nouvelle famille... et évidemment, un nouveau lycée. En bref, Jessie débarque à Los Angeles pour une nouvelle vie. Et les choses, que ce soit à la maison ou au lycée, ne se passent pas au mieux pour l'adolescente.
En effet, ce n'est pas simple de se faire à cette nouvelle famille qu'elle ne connaît pas, ni à la maison qui est loin d'être son "chez-elle". Loin de ses amis et de sa ville, son intégration chaotique au lycée de Wood Valley ne s'en trouve que plus difficile.

   Le ton du roman est annoncé d'entrée de jeu, et le style prenant et efficace embarque immédiatement le lecteur. La plume de l'auteure est très agréable et fluide, rendant la lecture encore plus entraînante. Elle retranscrit très bien les émotions, brutes et si bien maniées. C'est d'une facilité déconcertante de se prendre au jeu de devinette instauré par l'auteure et de se perdre dans son histoire.

   La jeune Jessie est une héroïne intéressante, à laquelle chacun et chacune peut - vraisemblablement - s'identifier avec facilité: elle est calme, légèrement réservée, et fervente lectrice qui plus est. Son passé n'est pas tout rose et va occuper une place importante dans l'histoire. De par celui-ci, elle n'en paraît que plus humaine, vraie, et attrayante pour le lecteur.
   Son mystérieux correspondant, aka PEP "Personne-en-Particulier", apparaît comme un espèce de sauveur dans la jungle du lycée, un Tarzan des temps modernes, en quelque sorte. Dès les premiers mails échangés, le lecteur cerne le caractère principal de sa personnalité: l'humour. Ainsi, c'est une très bonne chose pour Trois de tes secrets que de commencer par l'échange de ces mails bien drôles. Comme notre héroïne, il est facile de s'attacher à son personnage, car outre son humour presque dévastateur, il est d'une écoute telle qu'il est difficile de ne pas l'apprécier (et par "apprécier", vous comprenez ce que je veux dire...) ! Et il va sans dire que le mystère qui entoure son identité ajoute à son aura (même si on crève d'envie d'avoir le fin mot de l'histoire). C'est un inconnu, et pourtant cela n'empêche pas de tomber sous son charme.
   Les personnages secondaires sont légions, et je les ai tous trouvés plus ou moins travaillés, même s'ils sont bien éclipsés par PEP. Scarlett la meilleure amie laissée à Chicago, Théo le demi-frère pas si relou, Dri et Agnès les nouvelles amies, Rubi et Cristal les pestes de services, Rachel la belle-mère... et bien sûr de mignons adolescents à gogo.

   Évidemment, le cœur de l'histoire concerne cette identité secrète. Comme le lecteur, Jessie est vite conquise par ce fameux Pep et va alors tout faire pour en découvrir le nom. Un petit jeu des trois choses s'installent rapidement entre eux, et ce sont ces moments d'échangent entre les deux protagonistes que j'attendais chaque fois le plus.
  
Côté identité, c'est aussi là que se situe LE reproche que je que peux faire à ce roman. Car en effet, sans en avoir l'exacte confirmation, je n'ai jamais vraiment eu de doute sur la personne qui se cachait derrière l'écran. C'était plus qu'un simple espoir de ma part pour la petite Jessie, c'était clair comme de l'eau de roche. Au fil de la lecture, son identité se dessine, mais l'auteure sème quelques faux indices pour perdre son lecteur autant que son héroïne. Seulement, ça n'a malheureusement pas fonctionné avec moi. J'aurai aimé qu'elle me surprenne, évidemment, tout en soutenant à 1000% son choix. En gros, il m'aurait fallu un peu plus de fausses-pistes.
   En parallèle à ce petit jeu, l'auteure aborde des sujets très humains, qu'elle amène avec beaucoup de maîtrise et de douceur. C'est bien plus qu'une romance entre écrans interposés, c'est une histoire de deuil, de renouveau, d'acceptation, d'amitié et de famille. Une histoire forte en émotions, qui aborde les rapports compliqués entre Jessie, son père et sa belle-famille. L'héroïne m'a bouleversée au travers des réflexions sur sa perte passée, et j'ai été surprise par leur justesse.

   Finalement, c'est une histoire forte et belle que nous offre Julie Buxbaum. Une héroïne vraie qui cherche sa place, aidée d'un parfait inconnu aux charmes différents et ravageurs. Des sujets forts, peut-être rudes, mais justes. Et même si le suspens n'a pas été tenu pour ma part, l'histoire n'en a pas été moins prenante.

   Julie Buxbaum est une auteure que je surveillerai avec plaisir. Et d'ailleurs, son roman Trouver les mots, What to say next en V.O., est annoncé pour cet été !

EXTRAITS
Dans la vraie vie, je retravaille chaque conversation après coup, je corrige et peaufine dans ma tête jusqu'à ce que j'ai mis au point une réplique pleine d'esprit, légère et spontanée - de ces qualités qui semblent si naturelles chez les autres filles. Perte de temps, bien sûr, puisqu'il est alors trop tard pour répliquer. Dans le diagramme de Venn de ma vie, ma personnalité imaginaire et ma personnalité réelle n'ont jamais convergé. À l'écrit, cependant, j'ai le droit à ces quelques secondes de temps additionnel qui me permettent d'être moi en mieux, version revue et corrigée.

***
Car son regard, qu'il soit ouvert et posé sur moi ou fermé et endormi à la fête de Rubi, et ses mains aussi, qui me servent une assiette ou effleurent presque mon visage amoché, ne m'inspirent qu'une chose : l'envie irrépressible de les embrasser, ses yeux comme ses mains. Tout son être. Abîmé ou non. Je rêve de l'étreindre tout entier.

***
Ma vie est un millefeuille de conneries fourré à la confiture de merde bio.
***
— Qu’est-ce que c’était ? 
— Earl, répond-il en montrant un grand objet qu’il transporte sur le dos. 
— Earl ?
— Ma guitare. 
— Ta guitare s’appelle Earl ? C’est sans doute la question qui a le moins de rapport avec l’affaire en cours. J’aurais mieux fait de demander de la glace, un sachet de petits pois surgelés ou au moins un analgésique. Je sens déjà une bosse se former.
***
Mais parfois, un baiser n'est pas un baiser n'est pas un baiser. Parfois, c'est de la poésie.