Dernières chroniques


Couverture du livre : Forget Tomorrow, Tome 2 : Remember Yesterdayhttps://unefilledanslesetoiles.blogspot.fr/2017/09/mini-chronique-outliers-1-les-anomalies.htmlCouverture du livre : Anna et l'homme-hirondelleCouverture du livre : Lovely Vicious, Tome 1 : Je te hais... passionnémentCouverture du livre : Never Never, Tome 1

samedi 18 juillet 2015

Obsession - Jennifer L. Armentrout

 


★★

Obsession de Jennifer L. Armentrout,
traduit de l'anglais par Paola Appelius
et paru aux éditions J'ai lu
le 10 juin 2015 au prix de 13 
 Ma note livraddict: 17/20

Quatrième de couverture: 
Serena Cross était restée sceptique lorsque sa meilleure amie avait assuré que le fils du sénateur trempait dans un étrange complot. Après l'exécution de cette dernière sous ses yeux, le doute n'est plus permis : elle aussi est menacée.
Mandaté par le Département de la Défense, Hunter est chargé de veiller à sa sécurité. Sa particularité, hormis le fait qu'il soit imbuvable mais irrésistible ? Ce chasseur redoutable possède des "aptitudes" qui le rendent tout à fait capable de rivaliser avec les ennemis de Serena.
Entre eux, la tension est immédiate, et leurs échanges tantôt glaciaux, tantôt électriques. Mais si Hunter connaît le dossier de Serena par cœur, celle-ci ignore tout de son protecteur... notamment qu'à ses côtés, elle court peut-être un plus grand danger encore.
  

Mon avis:
C'était ravie de pouvoir me replonger dans l'univers de Lux avant la sortie du deuxième tome de la série, que j'ai entamé Obsession. Et après l'avoir refermé, je me suis rendue compte que les évènements de cette histoire se passent après Opal (tome 3 de Lux) et qu'il s'agit d'un espèce de spin-off de la série. Je tiens à vous rassurer: les spoilers sont tout de même peu nombreux (j'en ai relevé un plutôt gros). C'est donc à vos risques et périls !
Ensuite, Obsession ne s'adresse clairement pas au même public que Lux. Les scènes de sexe sont ici beaucoup plus détaillées et explicites. Attention donc à ne pas vous laisser surprendre.
Lorsque j'ai vu que l'un des personnages principaux de ce livre était un Arum, j'ai été très intriguée. Les Arums nous avaient été présentés dans Lux comme les méchants de l'histoire, alors comment Jennifer L. Armentrout comptait-elle faire pour nous faire changer d'avis, ou même nous donner envie d'en suivre un ?
On apprend beaucoup sur les origines des Arums, étant cette fois de leur côté. On se rend compte qu'il n'y a pas de "méchants" et de "gentils". Les Arums sont nés pour chasser, se nourrir d'humains et tuer. C'est dans leur nature. Mais on comprend que les Luxens ne sont pas tout gentil non plus, et qu'ils n'ont pas les mains si propres qu'on ne le pensais.
Tout est brouillé et remis en question.
Alors que Hunter à pour mission de protéger Serena de ses ennemis jusqu'à ce que le Département de la Défense découvre ce qu'elle sait et la mette en sécurité, les choses ne vont pas se dérouler vraiment comme prévu ce qui promet une histoire pleine de rebondissements, même si l'on peut facilement comprendre certaines choses. Serena va alors très vite devoir choisir vers qui se tourner et en qui avoir confiance.
J'ai vraiment adoré voir Serena et Hunter s'agacer et s'énerver mutuellement, éprouver progressivement des sentiments: voir évoluer leur relation.
Bien évidemment, ayant affaire à un anti-héros par excellence, j'ai parfois eu du mal avec le caractère horripilant, arrogant et des plus autoritaires de Hunter, qui souffle le chaud et le froid. Mais c'est ce qui fait parti de son charme, en plus de son physique parfait. Je n'ai pas pu y résister et me suis bien attachée à son personnage - tout comme à Serena qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et n'écoute pas les nombreux ordres donnés par Hunter.
Et c'est justement leurs disputes incessantes et leur attirance incroyable qui font le plaisir de cette lecture.
L'intrigue est bonne et m'a tenue en haleine dès les premières pages, aidée par l'écriture fluide et très agréable.
J'ai adoré redécouvrir le monde de Lux de l'autre côté de la barrière et dans un univers pour adulte. L'intrigue, à laquelle j'ai très vite adhéré, est vraiment plaisante malgré les quelques petits éléments qui se devinent aisément.
Extraits:
— Écoutez, je suis désolée de vous avoir balancé des trucs...
— Vous n'avez pas vraiment l'air désolée.
Je me renfrognai.
— Je le suis pourtant. Tout est... très embrouillé. J'ai perdu connaissance à cause de vous. En plus, vous êtes à moitié nu...
— Vous vous êtes regardée ? m'interrompit-il. Vous n'êtes pas très vêtue non plus. Et moi je ne vous ai rien jeté à la tête.
Baissant les yeux, je fis la grimace. J'avais plus ou moins oublié que j'étais en tee-shirt et en petite culotte. Rougissant de nouveau, j'aurais voulu me cacher, mais je n'avais que mes bras, que je croisai.
— Je ne vous ai pas vraiment jeté d'objet à la figure. Je voulais...
— Vos réactions sont-elles toujours aussi excessives ?
Non de Dieu, s'il m'interrompait encore une fois, j'allais vraiment lui lancer un truc à la tête.
Je lui lâchai le bras et la pris à bras-le-corps pour la jeter en travers de mon épaule.
Elle poussa un cri rauque.
— Qu’est-ce qu’il vous prend ?
— Un escargot à la coquille cassée irait plus vite que vous.
Ses petits poings s’abattirent dans mon dos.
— Vous êtes complètement dingue.
Souriant intérieurement, je la secouai un peu et fus récompensé par un petit cri étouffé et une pluie de coups redoublée. Ce genre de choses m’amusait beaucoup…
— Reposez-moi par terre, ordonna-t-elle. Ou je vous le jure, je vais vous botter le cul !
L’immobilisant d’un bras, je lui donnai de l’autre une tape sur les fesses.
— Surveillez votre langage. Ce n’est pas digne d’une dame.
— Ne recommencez jamais ça, ou… (Elle fut interrompue par un bâillement intempestif, qui gâcha totalement son effet.) Arrogant et autoritaire, vous n’êtes qu’un sale conn…
Paf. Je tapai cette fois son postérieur un peu plus fort.
— Votre langage, Serena.
Le flot ordurier qui se déversa alors de sa bouche me fit presque lâcher prise. Cela méritait une fessée, et au bout de la troisième elle finit par se taire.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire